Geek +50 ans, 4D programmer, 23 500 comics, science-fiction, Diablo, mécanique quantique, mathématique,Feynman, série TV et .... abonné au gaz

mercredi 17 août 2022





 

 

 Et maintenant?



Bon. On n’a pas atteint le deuxième tour des présidentielles grâce à des « alliés ».
On a une poignée de députés #NUPES grâce à une alliance implicite LREM-LR-RN.
Macron a une majorité absolue grâce au front républicain qu’avait si bien prédit Lordon: tous contre LFI. Il va faire passer tout son programme avec quelques petites concessions à ses alliés objectifs.

D’ailleurs on parle de programme mais il n’y a pas de programme politique. On accuse souvent les gens de gauche d’être des idéologues en oubliant que les gens de droite ont aussi une idéologie. Le pouvoir actuel est composé de croyants (pour les plus importants) et de ce qu’il y a de plus nul et arriviste en politique. La croyance est que tout ce réduit à l’économie et au sacro-saint marché.

Eric Berr "Lintégrisme économique

J'en parlais déjà là https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2020/04/la-faillite-du-lean-management-des.html

André Compte-Sponville vient de publier « Le plaisir de penser » qui est une compilation de ses « Carnet de philosophie ». Au chapitre sur la Politique, il explique que l’on ne peut réduire l’individu à un consommateur ce qui est pourtant le premier but du néo-libéralisme. Les notions de justice, solidarité, paix, liberté,… ne peuvent être assujettis à l’économie (c’est ce qu’ils cherchent à faire). Mais pour cela il faut penser et la réflexion n’est pas le fort de l’homme moyen de droite pour qui il n’existe que « Moi et mon pognon ». (pour la différence entre penser et raisonner lire mon article https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2019/06/de-la-difference-entre-raisonner-et.html   )

Dans l’autre sens, la morale qui est de base une valeur individuelle ne peut être la politique d’une communauté. On peut tout à fait pour la morale (c’est bien le minimum) mais cela ne donne pas les moyens d’actions collectives pour y parvenir. C’est pourquoi il faut que certaines bonnes âmes arrêtent de taper sur leurs alliés au nom d’une morale qui serait universelle. Quand la générosité est morale, la solidarité est politique. Comme pour l’économie, l’individu ne doit pas être un saint mais un citoyen.

Aujourd’hui (et ça ne date pas d’hier car Castoriadis parlait de la montée de l’insignifiance dans les années 70), on a aux manettes depuis 2007 des individus qui ont définitivement tournés le dos à la majorité pour se concentrer sur leur classe sociale: la bourgeoisie. La meilleure, à mon avis, définition de cette classe a été faite par Marc Bloch dans son « Etrange défaite ».


Il explique que la bourgeoisie a fait sécession en 1936 avec l’arrivée du Front Populaire. Elle s’est rendu compte qu’une autre classe que la sienne pouvait prendre le pouvoir ce qui est insupportable dans l’esprit de quelqu’un de l’élite  Elle a pris sa revanche sous Pétain mais a du raser les murs à la Libération. D’où les grandes conquêtes du CNR que Macron (et ses prédécesseurs) cherche à supprimer.

L’outil principal pour « déculturer politiquement» le peuple est l’éducation. Comme par ailleurs, le patronat cherche une main d’oeuvre docile et suffisamment formée pour servir la production, il est impératif de former des demi-instruits en, notamment, abaissant le niveau des matières de base afin de réduire le vocabulaire utilisable. En faisant un oral prélude à « comment bien se présenter en entretien d’embauche? » . A quand « Mon bac en 180 secondes »? Je jacte bien mais je suis incapable d’écrire une seule phrase sans faute d’orthographe. D’autre part on crée des cloisons étanches pour que les enfants de bourgeois ne subissent pas la concurrence des rejetons des quartiers. « Tu as pris la place de ma soeur » s’est entendu dire une jeune femme venant des quartiers par un élève de Science Po. Mon père était ouvrier n’avait que son certificat d’étude mais cela lui avait donné assez de base pour se forger une culture politique. Plus tard il pourra reprendre des études car les bases étaient saines. Ce n’est plus le cas aujourd’hui pour les enfants de la classe ouvrière.

« Il faut penser à la politique; si nous n’y pensons pas assez, nous serons cruellement punis ». Alain.
Le manque de conscience politique n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau est qu’il n’y a plus de corps constitués qui pourraient permettre d’en créer une. La plupart des syndicats sont dans la co-gestion, la cohabitation, en fait dans la collaboration. Il y a de moins en moins de citoyens dont je réduirais la définition à ceux qui vont voter. Que m’importe les raisons invoquées « la politique c’est compliqué », « Il n’y a rien qui me plaise », « la politique c’est pourrie », …. ce qui ne votent pas ont choisi d’être soumis à un système (n’importe lequel) et de vivre comme des cloportes (j’aime bien la dernière image du film « La métamorphose des cloportes » où on voit de haut une cour de prison avec des prisonniers qui déambulent et deviennent progressivement des cloportes). Je suis bien conscient que nombres de gens qui votent se décident au dernier moment ou votent n’importe comment. A partir du moment où l’on fait l’effort de se déplacer, on entre dans la catégorie citoyen. Quand l’offre ne correspond pas à mes idées, je vote blanc. Ce n’est pas pris en compte mais je vote.
Au niveau des circonstances atténuantes, je mettrais le niveau de propagande jamais atteint au niveau des media mainstream. Je connais des personnes ayant un bagage intellectuel capable de décoder les manipulations qui ne font que répéter les propos entendu sur les « chaines d’informations continues (ou plutôt de désinformations continues). Aucune réflexion, aucune analyse critique, aucun recul; juste répéter ce que l’on a entendu. Là encore, ce n’est pas nouveau et faut lire « La fabrique du consentement » de Chomsky qui date de 1988. Il écrit que la censure ne sert à rien et qu’il faut laisser agir le marché pour avoir des médias aux ordres du libéralisme. A 99% des médias propriétés de 9 milliardaires, la France est l’illustration pratique de ses propos.
« - LFI n’a pas de programme
- Elle a un programme qui est disponible en librairie
- Il n’est pas crédible car pas chiffré
- il est chiffré ainsi que l’atteste de nombreux économistes de tous bords
- vous êtes d’extrême gauche et JLM parle trop fort »

"La propagande fonctionne mieux quand ceux qui sont manipulés sont confiants qu'ils agissent de leurs propres volontés"  Goebbels
« Je ne veux pas que vous veniez à nous par la contrainte ou une soumission abjecte; je veux que vous veniez de votre propre volonté ». Adolf Hitler.
   
Face aux incendies de forêt de cet été, Macron a décidé de faire une réunion avec les pompiers et les agriculteurs. C’est la méthode Macron : un problème = des réunions (et souvent un numéro vert). Je vous explique d’où cela vient.

Il se trouve que mon métier actuel est Chef de Projet Informatique (CdP). Un Chef de projet reçoit une mission à effectuer. Ce n’est pas le CdP qui dit « il faut une nouvelle application ». Il est donc dans la réaction et la réponse d’une problématique. Il va organiser des COPROJ et des COPIL (Comité de Projet ou de Pilotage). Il va faire un RACI (responsible, accountable, consulted et informed)). Il organise des réunions appelés « ateliers ». Il va rédiger des documents divers et variés et piloter le changement. Je ne raconte pas tout mais c’est en gros ce que l’on fait. A noter que, dans certains grands groupes, il n’y a pas de sanction si l’on ne va pas au bout du projet, si on est en retard, si la solution est inadéquate. Le mythe de l’efficience privée face à l’inefficacité publique.
Donc :
Problématique : incendies de forêts
COPROJ : le chef et ses conseils
COPIL : faire appel à un cabinet extérieur qui n’est que « consulted » dans le RACI
Ateliers : réunion avec pompiers et agriculteurs
Ateliers : ministères concernés qu’on pourrait croire comme moteur et responsable mais qui ne sont que « informed » puisque le cabinet extérieur pilote le projet avec le chef
Responsible : personne puisque « Ce n’est pas un échec; cela n’a pas marché »
Accountable : idem
Conclusion : le Chef de l’Etat est un Chef de Projet.
Cela explique l’absence de vision ou de programme. On ne répond qu’à l’urgence suivant les canons de l’idéologie. De toute façon, l’horizon du néolibéral est réduit aux dividendes d’aujourd’hui et de demain. Ce qu’il y a avant et ce qu’il adviendra plus tard n’existe pas.
Jean-Marc Jancovici dit dans son interview sur Thinkerview que les gens qui pensent budget avant solution n’ont pas de projet. On y est.

Pour avoir une vision humoristique du fonctionnement de la « chefferie de projet », je vous suggère la chaine youtube de Karim Duval. C’est un Centralien qui a fait de la chefferie de projet et qui la décrit de façon hilarante. Si cela va loin dans la caricature, le fond est juste comme pour « La pénurie des masques »   https://www.youtube.com/watch?v=KluVuTECEUE&t=18s

Et maintenant ?
Au vu de la situation politique, environnementale, sociale et médiatique, les représentants de la #NUPES sont partis pour dépenser une énergie folle pour le travail législatif avec peu d’espoir de voir passer des mesures justes socialement. Le pire est qu’en plus, leurs efforts seront cachés par les médias aux ordres. Et pourtant, la justice sociale est indispensable pour la paix sociale. Alain Supiot a écrit un texte court sur « La justice au travail ». Il y explique que « ceux qui ont faim et sont au chômage sont la substance dont sont faites les dictatures ». Macron le sait et se prépare à l’affrontement. Il a acheté de beaux Véhicules de Répression, des LBD encore plus performants et des munitions à profusion. Il vient de « former » 30 000 supplétifs au maniement des armes. Il est prêt.
Une fois que l’on a fait le constat, quelle peut être notre attitude? On continue à jouer le jeu en s’agitant sous les huées, la calomnie et le mensonge? On laisse tout exploser en regardant ceux qui seront les prochains gilets jaunes se faire massacrer? Le peuple français n’est pas le peuple d’un pays sud-américains ou des femmes afghanes. Il est bouffi dans sa graisse et n’aura pas le courage d’accepter le risque d’être tué dans une manifestation (moi le premier). Les conditions se dégradent mais on vit ou survit encore trop bien pour connaitre l’énergie du désespoir. On suit les « purs » qui disent que c’est JLM le problème? Le « pur » n’arrive jamais au pouvoir et d’ailleurs ce n’est pas son objectif. Ne pas reconnaitre le résultat d’une action politique à travers la refondation d’une vraie gauche, l’émergence d’une jeune génération talentueuse de parlementaires, un projet politique pour une société meilleure, c’est faire preuve d’une ingratitude crasse si ce n’est une faute intellectuelle. Le mirage de l’action sans leader entretien l’illusion de l’action efficace. En pleine tempête il faut un phare pour éviter les hauts fonds.

En regardant l’histoire, je vois que la dernière « révolution » a eu un certain succès par l’utilisation du seul moyen, à mon avis, efficace: la grève générale. En écoutant le récit qu’en faisait mes parents, cela demande beaucoup de solidarité, du courage (M*** je ne peux plus commander ma pizza) et aussi de l’organisation. Les grévistes devaient monter la garde pour empêcher « les jaunes » de pénétrer dans les usines et d’éventuellement saboter les installations. Comme vu plus haut, la plupart des syndicats ne seront d’aucune aide alors qu’ils devraient être pivot dans une action pareille. Le travail le plus important reste de faire bouger la graisse qui entoure notre cerveau et 50 années d’actions et de propagandes pour nous faire devenir des consommateurs égoistes qui ne cherchent qu’à satisfaire sur le champ leurs envies primaires. Je suis très pessimistes car je ne crois en la bonté de l’homme que dans les situations extrêmes, pas dans le quotidien.

Il y a du boulot.   
 

Références

André Comte-Sponville « Le plaisir de penser » Vuibert
Alain Supiot « La justice au travail » Seuil Libelle
Les 10 commandements : Eric Berr « L’intégrisme économique » Les Liens qui libèrent
Marc Bloch  « L’étrange Défaite » Folio

Noam Chomsky "La fabrique du consentement"
J-M Jancovici Thinkerview https://www.youtube.com/watch?v=dmBRwFVQk_M
Karim Duval https://www.youtube.com/watch?v=KluVuTECEUE&t=18s






jeudi 30 décembre 2021

 


 

Fatigué 

ou l’inertie imbécile de la masse éduquée


Pour quelqu’un s’inquiétant de l’actualité et faisant preuve d’esprit critique, la situation globale actuelle est désespérante. Par ordre de gravité croissante, la Covid, l’émergence d’une société totalitaire et le réchauffement climatique. Ce qui est, par ailleurs, nouveau est le fait que ces problèmes sont mondiaux.

La question est de savoir s’il est possible aujourd’hui d’avoir une vision claire et objective de l’évolution de la société. C’était déjà difficile quand les moyens de communication étaient rares. Cela l’est d’autant plus quand les canaux sont nombreux et, pour la plupart, aux mains de quelques milliardaires. Dans « La fabrique du consentement », Chomsky écrivait qu’il n’y avait pas besoin de coercition pour faire en sorte que l’information soit réduit à de la propagande. L’aspect financier et notamment la publicité suffisait largement. Aujourd’hui c’est encore pire.

Je n’ai pas écrit cette année car j’ai trouvé sur Twitter la plupart des diatribes que j’aurais pu écrire. A quoi bon répéter ce qui est dit, souvent, mieux que je l’écris.

« On a pu dire que la démocratie était la pire forme de gouvernement à l’exception de tous les autres, mais il existe le sentiment largement partagé dans notre pays que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue et que l’opinion publique exprimée par tous les moyens constitutionnels devraient façonner, guider, contrôler les actions des ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres » (Winston Churchill).
Quand on lit la vraie citation de Churchill sur la démocratie, on voit tout de suite qu’elle est morte
Il suffit de lire l’indice de démocratie pour voir que la France n’est plus, et de loin dans les démocraties pleines. https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie . La France, à l’époque, était dans la première moitié. Avec Macron elle a avancé d’une case vers les régimes hybrides.

L’histoire du « pass sanitaire » et maintenant « vaccinal » est une illustration de la perversion des libertés individuelles. On a d’abord présenté cela comme un totem d’immunité : « tous vaccinés, tous protégés » .  Il définit un apartheid (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/apartheid/4406) et un bon bouc émissaire pour cacher l’échec de sa politique sanitaire. Ils disent s’appuyer sur la science mais celle-ci la contredit depuis des mois. Oui, il y a des politiques différentes qui ont du succès https://fr.wikipedia.org/wiki/Pand%C3%A9mie_de_Covid-19_par_pays_et_territoire France 1819 morts/M habitants, Corée du Sud : 104. Danemark: 553, Allemagne: 1320. Comme tous les cancres, les intelligences supérieures qui nous gouvernent diront « Mais M’sieur, il y en a d’autre qui font moins bien ». A suivre sur Twitter https://twitter.com/Pr_Logos/status/1476487119258411010

On est toujours dans le déni sur la contamination par aérosols. Il y a bien sûr, le fait que reconnaître ceux-ci comme premier vecteur de la pandémie obligera à investir au minimum dans l’espace public. Mais le plus important est que l’idéologie néolibérale interdit la prise en compte du collectif. On qualifie souvent les opposants de gauche d’idéologue en oubliant qu’il y en a une encore plus puissante même si elle est discrète. Selon elle, si tu as le Covid c’est que « tu n’as pas respecté les gestes barrières, tu n’est pas vaccinés, tu … ».  Avec les aérosols on a une responsabilité collective ce qui est l’horreur absolue.

Ma fatigue est causée principalement par le constat que des gens supposés avoir une éducation supérieure n’être capable que de répéter ce qu’ils entendent sur les médias mainstream. Leur niveau d’intelligence devrait leur permettre de déjouer les pièges de la propagande. Dans certain milieu, on se targue même de posséder les outils permettant de voir le vrai du faux. Résultats, ils se comportent en cénobites alors qu’ils devraient être en pointe pour la défense des libertés. "La propagande fonctionne mieux quand ceux qui sont manipulés sont confiants qu'ils agissent de leurs propres volontés"  Goebbels.

Je ne sais pas ce que va donner 2022 mais je ne suis pas très optimiste. Ce qui n’empêche pas de continuer à essayer de convaincre les gens qu’il y a un choix de société à faire aujourd’hui. Soit une société de contrôle où certains resterons confortablement assis dans leur canapé, vaccinés, pucés, caliné. Soit une société plus fraternelle où l’argent n’est pas l’alpha et l’omega.
La situation n’est pas nouvelle, il faut lire « L’étrange défaite » de Marc Bloch pour s’en convaincre. Il y décrit précisément ce qu’est la classe bourgeoise et le moment où elle a fait sécession avec le reste de la société. Le penchant naturel de la société vers l’ illibéralisme et la dictature.

Je vais conclure avec quelques citations qui permettent de réfléchir. Vous pouvez piocher et les répandre.

Addendum du 7/03

Le discours de François Sureau à l'Académie Française passe au vitriol le bilan démocratique de notre leader bien aimé https://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/sureau_4_discours_de_m._francois_sureau-avec_pagination.pdf

2 citations supplémentaires de la même personne: 

- "Les temps sont toujours difficiles pour ceux qui n'aiment pas la liberté" 

- « Pour le politique, le personnage idéal est le lapin de garenne, qui a peur au coup de fusil » 

 
« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Einstein
"Ne pas penser, c'est consentir à être dominé, conduit, dirigé et traité trop souvent en bête de somme" Oswald Wirth
"Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes" Rosa Luxemburg
« La meilleure forteresse des tyrans, c'est l'inertie des peuples. " Machiavel
Thucydide : « Il faut choisir : se reposer ou être libre. »

Le macronien a envers la vérité le même recul que le vampire avec un crucifix.
« Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s’annonce ou se perpétue." Albert Camus
« Si l'homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. » Albert Camus
« Substituer constamment et complètement la réalité par le mensonge n’a pas pour conséquence de faire passer le mensonge pour la vérité,[...] mais de détruire les sens auxquels nous faisons appel pour nous repérer dans le monde réel» Hannah Arendt
« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant » Jean Jaurès


"Les économistes sont présentement au volant de notre société, alors qu’ils devraient être sur la banquette arrière."
John Maynard Keynes

Pour les imbéciles qui réduisent JLM à ses coups de gueule
"Nous ne manifestons une réaction de fureur que lorsque notre sens de la justice est bafoué" — Hannah Arendt

« La crainte que la « multitude de voyous » menace la propriété des « hommes de la meilleure qualité » tel qu’ils se désignent eux-mêmes, remonte à la première révolution démocratique moderne en Angleterre au XVIIe siècle » Chomsky

dimanche 12 avril 2020



Coronavirus :

La faillite du Lean Management


Des morts qui s’amoncellent. Des soignants envoyés au casse pipe sans protection. Le confinement de plus de la moitié de la population mondiale. Partout le même paysage et les mêmes mots : pas de masques, pas de tests, pas de vérité sur le nombre de morts, …. Le phénomène est mondial. La faillite du système mis en place depuis plus de 30 ans est arrivé au bout de son histoire. Le roi est nu.
Comme d’habitude, les responsables utilisent les mêmes arguments « on ne pouvait pas prévoir », « ce n’est pas notre faute » « on fait avec ce que nous disent les scientifiques », …

Pour pouvoir comprendre comment on en est arrivé là au delà de ce qui semble évident, il faut aller plus loin dans l’explication des mécanismes sous-jacents. Il faut essentiellement 3 facteurs :
- une idéologie : le néo-libéralisme est l’idéologie dominante. Pour la résumer il suffit de prendre cette page du livre « L’intégrisme économique » d’Eric Berr P49 Les Liens qui Libèrent. Sous l’illusion de la rationalité se cachent des dogmes et croyances.

- des exécutants serviles et zélés : j’ai déjà écrit sur ce sujet avant le début du mouvement des gilets jaunes. Macron, sa clique et ses alliés médiatiques ne sont que les serviteurs de la classe dominante https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2018/10/les-apophtegmes-de-manu-ou-lerreur-sur.html
- une méthode : celle qui est utilisée actuellement est tirée d’une méthode en vogue dans les entreprises qui est appelée le lean management.

Mais d’abord, qu’est ce que le lean management  (LM)?

Le monde de l’entreprise est soumis à des modes dans les méthodes de gestion. Il y a eu les cercles de qualité dans les années 80-90. Le Just In Time ou la production à flux tendus. Et aujourd’hui on a le lean management et les processus d’agilité (SCRUM, KANBAN, SAFE, …). Toyota est à l’origine de cette méthode.
Si l’on devait résumer le LM, l’objectif est de « dégraisser le mammouth ». Sous le couvert d’apporter « plus de valeur au client », on va chercher à minimiser au maximum les coûts afin d’apporter la vraie valeur : le dividende pour l’actionnaire. On lance alors la chasse aux Gaspis qui sont 7 (comme les nains de Blanche Neige) : surproduction, attentes, transport, étapes inutiles, stocks, mouvements inutiles, corrections/retouches. Il faut qu’en un minimum de temps, d’étapes et de coût, le produit final arrive sur les étalages. C’est un système qui fonctionne bien QUAND TOUT SE PASSE COMME PREVU. Le moindre grain de sable et tout s’effondre. C’est comme pour les compagnies aériennes low cost : c’est super si tout se passe bien, c’est un cauchemar au premier pépin. Pour rester dans le domaine de l’automobile, la valeur supplémentaire pour le client c’est : attendre 6 mois pour avoir son véhicule, des coûts d’entretien exorbitant, des rappels de plus en plus fréquents de véhicules pour des raisons de sécurité, de la tromperie sur le caractère écologique du véhicule, …. Par ailleurs, la logistique devient prépondérante dans l’organisation de la production puisque l’on travaille en flux tendus (stock 0, JIT,…)
Le problème surgit quand on veut appliquer ces méthodes dans le domaine des services publiques et plus précisément la Santé.

Pourquoi n'y a-t-il pas de masques?
Tout simplement par le raisonnement du stock 0. Les stocks représentent un coût. Il faut un espace de stockage (coût espace+entretien), des personnes pour le gérer (coûts salariaux) et acheter le stock (coût d’achat). Pour un libéral, tout cet argent augmente le déficit (voir les 10 commandements). Comme disait Fillon « cela crée de la dette ». Donc on ne fait pas de stock en croisant les doigts. Aujourd’hui les doigts sont coincés dans la porte et cela fait très mal. De même avoir un stock c’est être en situation de surproduction, cela demande des coûts de transports et des mouvements inutiles. 4 Gaspis et le libéral est en hyper ventilation. 

« On ne pouvait pas prévoir. »  Effectivement, quand on a une vision à court terme, il est difficile de voir l’obstacle arriver. C’est pour cela qu’il existe un système qui s’appelle l’assurance. On ne peut prévoir l’accident de voiture mais on fait en sorte qu’en cas de pépin, le choc notamment financier  soit atténué. Les gouvernements qui se succèdent depuis plus de 20 ans ont, non seulement pas pris d’assurance mais en plus n’ont pas entretenu le véhicule. Pire, ils l’ont dégradé. Par ailleurs, les épidémies se multiplient et se succèdent depuis 20 ans (SRAS, H1N1, ebola,…) sans oublier le VIH et le retour de la rougeole. Enfin, il y a des choses que la classe dominante sait prévoir. Les mouvements sociaux post-confinements sont déjà anticipés et la répression est planifiée. https://blogs.mediapart.fr/avellino/blog/070420/3-mars-3-millions-de-gaz-lacrymo


« Il faut optimiser l’utilisation des lits et du personnel ».  On appelle cela de l’optimisation sous contrainte. Là on va essayer de minimiser le nombre de lits et de personnels. C’est fait en utilisant des applications de programmation linéaire. Cela fonctionne très bien dans le domaine du transport en commun où on cherche à minimiser le nombre de voitures et de chauffeurs.

Vous avez une voiture 4 places. On vous dit « Vous n’utilisez que 3 places donc on vous retire un siège et une portière. #suppressionlits . De même vous roulez prudemment. « Vous ne freinez pas assez souvent. Par mesure de sécurité on va retirer les freins » #suppressionservices Et on se retrouve dans la situation où le plus proche hôpital n’est pas à moins de 30km de chez vous.


« On ne va pas stocker des masques ou des produits qui vont devenir obsolètes. »
On ne vas pas acheter d’ordinateur, de voiture, d’électro-ménager car ils vont tomber en panne et il faudra, un jour, les remplacer. C’est à cela que sert les amortissements et cela fonctionne aussi bien pour la comptabilité privé que publique.   

Au passage, cette crise montre le mirage des chiffres du chômage. Les USA avaient un taux de chômage qui était mis en avant par la caste médiatique. Une semaine de confinement et c’est 16M de personnes qui « s’inscrivent » . J’ai déjà eu l’occasion de vous parler du taux d’activité qui montre le nombre de personnes qui cherchent à travailler par rapport à la population active. Au USA c’est à peine 1 personnes sur 2.

Pour reprendre les muda (gaspillages en japonais) du Lean Management on a :
- surproduction : comme pour Bachelot et le Tamiflu, on va se lancer dans une production de masques en quantité quite à en avoir trop quand on n’en aura plus besoin. Hors les masques il y a aussi les respirateurs.   
- attentes : entre les commandes et les livraisons, il y a un délai d’autant plus important qu’il n’y a plus de production en France. Si en plus, vous ajoutez l’incurie d’envoyer un pilote porteur du virus en Chine …
- transport : 1,5 M€ / voyage pour le pont aérien
- étapes inutiles : réquisition par l’état de masques commandés par les régions
- stocks : il y en aura de trop en fin de pandémie. Masques et respirateurs.
- mouvements inutiles : on saisit des masques à un endroit pour les distribuer à un autre
- corrections/retouches : beaucoup de masques sont périmés, ne sont pas valables ou sont moisis.

 Les faits sont têtus et montrent que le Lean Management est une méthode qui ne peut s’adapter à toute situation ou environnement. Mais c’est la seule que connaissent nos tenants de la start up nation. Cela ne devrait pas nous étonner dans la mesure où cette méthode est au service d’une idéologie. Si l’on veut que le « nouveau » monde post-confinement émerge, il faut laisser tomber cette méthode. Pa sûr que cela soit dans l’esprit de ceux qui nous gouvernent.   

Addendum 21/04/2020
Lors de sa conférence de presse de dimanche, le Premier Ministre s'est vanté qu'il y avait 5000 lits en réanimation avant le confinement avec un taux d'occupation de 90%. Il n'y avait donc que 500 lits de disponibles. Belle illustration de la gestion à flux tendus. Et il était satisfait de lui.

Addendum 25/04/2020
Une intervention du Dr Didier Sicard sur France Inter qui réponds aux excuses style "on ne pouvait pas prévoir" et à ce que devrait être la médecine. En résumé : une pandémie était prévisible, les leçons de 2003 n'ont pas été tiré, l'origine de la pandémie est bien les chauve-souris, si on laissait la médecine aux médecins et pas aux gestionnaires on ne serait pas dans la merde aujourd'hui. 
https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-24-avril-2020

Autre illustration de la politique du stock zéro avec les problèmes récurrents de pénurie pas seulement lors de la crise du coronavirus https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-25-avril-2020-0

Lean Management : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lean_(production)

Conférence Jean-Luc Mélenchon 11/01/2017 https://twitter.com/JLMelenchon/status/1245801510132424705

Chiffres du chômage http://www.leparisien.fr/international/coronavirus-les-demandes-d-allocations-chomage-explosent-aux-etats-unis-02-04-2020-8293080.php

Pont aérien : https://www.lavoixdunord.fr/732376/article/2020-03-27/coronavirus-un-pont-aerien-entre-la-chine-et-la-france-pour-livrer-600-millions

L’avion consigné https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-infos-de-05h-coronavirus-16-millions-de-masques-destines-a-la-france-bloques-en-chine-7800367689

Réquisitions https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-masques-castaner-reconnait-la-requisition-qui-beneficie-la-region-grand-est-6805707

Masques défectueux: https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/26/covid-19-les-medecins-de-la-reunion-ont-ils-recu-des-masques-moisis_1783144


dimanche 9 juin 2019






De la différence entre raisonner et penser

ou

Comment passer de la collaboration à la résistance



Je viens d’écouter l’émission « La conversation scientifique » animée par Etienne Klein. L’émission était consacrée à Jean Cavaillès. Celui-ci était philosophe, mathématicien et résistant très actif. Il est exécuté en 1944. Mon précédent article ayant porté sur le néo-pétainisme, cette figure du penseur en action ne pouvait que m’intéresser.  

C’est dans la conclusion qu’a surgi un élément qui peut éclairer notre époque. Une intervenante dit que « la résistance amène à la pensée. Qu’il y a une différence entre penser et raisonner. » Elle continue en expliquant que Vichy et la collaboration était dans le raisonnement : puisque la France était vaincue, il fallait se mettre dans la roue du vainqueur et aménager le présent.
Aujourd’hui on va entendre « La mondialisation s’impose à tous, il faut s’insérer dans le mouvement », « Le patronat est en position forte, on se doit de négocier au mieux l’aménagement des nouvelles conditions de travail », « la France n’a pas les moyens de s’opposer au nouvel ordre mondial » .

On pourrait multiplier ses phrases qu’on entend à longueur de journée dans la bouche de politiques, syndicalistes style CFDT, journalistes à la botte. C’est donc bien un discours consubstantiel de la collaboration. Les maîtres ou vainqueurs changent mais les réflexes subsistent. La base de l’ordo-libéralisme est donc en premier lieu un acte de soumission. Pour en tirer parti, on va ensuite collaborer d’abord de façon « passive » puis, face à la montée des mécontentements, de façon répressive. La camarilla actuelle au pouvoir se prétend le cercle de la raison. On devrait plutôt dire le cercle des raisonneurs. « Dans la situation de déficit de la France, on doit réduire les dépenses publiques » = soumission à la doxa néolibérale et L’UE + aménagement : réduire les dépenses ».

Maintenant on aurait tort de penser que le « raisonnement collabo » est réservé à l’élite dirigeante. On peut la retrouver sur une forme qui ressemble à de l’opposition mais qui, en fait, respecte les règles du jeu imposées par l’adversaire. On fait au mieux avec le peu d’autonomie qu’on nous laisse. A trop vouloir être dans les clous d’une pseudo-démocratie, on en fabrique pour sceller le cercueil de nos espérances. Quoi que l’on fasse, l’adversaire versera le soupçon de l’anti-démocratie et la caricature des personnes et des idées.


C’est là qu’intervient la pensée synonyme de disruption et de résistance. La pensée n’a que faire de l’état de fait. Elle casse les barrières et permet la construction de l’autonomie de l’individu car, pour sortir du cadre, il faut d’abord le connaître et l’identifier. Cela demande une énergie supérieure au simple raisonnement qui peut souvent se résumer à une succession d’éléments de pensée prémâchés ou de poncifs impensés.

On retrouve en filigrane cette dichotomie dans la « lettre de rupture » de Charlotte Girard à la France Insoumise. Au-delà du fait que je la trouve particulièrement juste, équilibrée et intelligente, elle pose la question de l’aporie d’un mouvement se voulant horizontal mais qui est structuré comme un mouvement à la conquête du pouvoir. D’un côté on est dans le raisonnement à savoir la soumission aux règles de Vème République qui, in fine, empêchera toute conquête du pouvoir. De l’autre, la pensée disruptive n’est pas canalisée par une profusion d’intérêts divergents et anarchiques. C’est ce qui explique la non rencontre entre le Gilets Jaunes et la FI alors que les revendications sont les mêmes. C’est comme si les GJ sentaient confusément que les demandes supportées par la FI n’aboutiraient jamais par les moyens politiques classiques. Il ne suffit pas d’utiliser de grandes expressions comme « la Révolution citoyenne » pour que la mayonnaise ne prenne. Il faut que dans les faits, il y ait à un moment donné quelque chose de concret qui se passe. La théorie du papillon ne fonctionne qu’à partir du moment où l’air remué par ses ailes peut circuler librement. Si le papillon est dans une bouteille, il ne se produira rien. Et c’est ce qui se passe aujourd’hui; le carcan médiatique étouffe la contestation. Les RS ne sont qu’une loupe déformante de la réalité comme in a pu le voir pour les élections européennes. D’où la déception de ceux qui y ont cru.

Alors quelle peut-être la solution ?
Premièrement faire primer la pensée sur le raisonnement. Pour qu’il y ait une vrai pensée, il faut qu’elle soit « out-of-the-box ». Sortir des schémas de la politique classique, redéfinir les moyens pour arriver au pouvoir. Ne pas penser que les quelques passages de socialistes au pouvoir se répéteront pour une pensée plus radicale. Prendre conscience que d’un côté la grande masse est apathique pour diverses raisons et de l’autre une classe moyenne supérieure qui reste aux ordres de la classe dominante pour en recueillir quelques miettes (en gros ceux atteint par le syndrome du larbin).
N’ayant pas le courage physique d’un Jean Cavaillès, je me contenterais d’essayer de penser et d’apporter des éléments de compréhension d’une réalité complexe.

PS1 :
Rapidement sur les élections européennes. Pour moi ce n’est pas une défaite. On aurait pu avoir mieux mais au vue du contexte ce n’est pas si mal. En terme de nombre d’électeur et de siège c’est une progression par rapport aux dernières européennes qui ne peuvent être que le seul élément de comparaison n’en déplaise à tous les agents de propagande qui s’obstinent à comparer avec les présidentielles.

PS2 : La nouvelle polémique sur les journalistes.            
J’ai un mépris souverain pour la grande majorité (pas la totalité) de la caste médiatique qui n’a de journaliste que le nom et qui sont les agents de propagande de l’ordre établi. Pour moi, il n’y aucune différence entre un journaliste du Monde ou de la Pravda à part que le second assume sa fonction.
Ils se prennent pour des Woodwad et Bernstein (Watergate) et ils ne sont que des Rebatet (journaliste de « Je suis partout »). Et encore Rebatet avait le courage d’assumer sa subjectivité. Eux ne l’ont même pas. Le frère de Cain se targue d’être attaqué par les extrêmes signe d’impartialité. Ce raisonnement sophiste est simplement la preuve qu’il est au service du système en place sinon il serait critiqué par tout le monde.
Ils se font peur en criant à la dictature pour l’utilisation du mot « rubricard » . En revanche, pas un mot de soutien à Assange dont ils ont utilisé à profusion les révélations car il faisait leur boulot.
Il n’y a pas de matière assez vile sur Terre pour pouvoir les qualifier.

PS 4 : Définition de la pensée par Alain



Jean Cavaillès : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cavaill%C3%A8s

La conversation scientifique : https://www.youtube.com/watch?v=R5QitqDetso

Lettre de Charlotte Girard : https://www.facebook.com/AvecCharlotteGirard/posts/1096052570592850?__tn__=-R

Watergate : https://fr.wikipedia.org/wiki/Scandale_du_Watergate

Rebatet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Rebatet

mercredi 20 mars 2019





Le pétainisme est-il transmissible ?
ou
Origines de la France "au bon beurre"


Quand je vois certaines réactions sur Twitter de « bonnes gens » sur les gilets jaunes et les dégradations de bâtiments, je pense à mon grand-père maternel. Il avait sauté 3 fois à Dunkerque avant d’arriver en Angleterre. De retour en France il avait participé activement à la Résistance. Oh, pas de la « grande » résistance, pas de sabotage, pas de coup de feu contre l’occupant mais il transportait des journaux clandestins dans les rues de Paris. Je me souviens qu’il nous racontait que sa plus grande peur avait été quand une sentinelle du Jardin du Luxembourg l’avait arrêté alors qu’il portait une valise remplie. Heureusement, la sentinelle n’était pas trop curieuse et n’avait pas cherché plus loin que la vision des vêtements sur le dessus. Ma grand-mère racontait elle la fois où cela avait frappé à la porte en pleine nuit. Elle et mon grand-père voulaient ne pas répondre car ils avaient pensé que « Cette fois c’était la bonne ». Mais la mère de ma grand-mère avait crié qu’il y avait quelqu’un qui toquait. Mes grands parents racontaient leur soulagement quand ils ouvrirent la porte et que c’était quelqu’un qui s’était trompé d’appartement. Ce sont de petites choses au regard de l’Histoire mais, au vu des risques pris, c’était une insoumission réelle à l’ordre établi.
Mon grand-père était devenu Franc-maçon. Il m’en parlait de temps en temps comme d’un cercle philosophique qui travaillait autour des valeurs Liberté, Egalité et Fraternité. On parlait humanisme et transmission.
Mes parents ont continué sur la lancée. On lisait « La vie ouvrière » à la maison et en 1968 ils faisaient partie des grévistes. Mon père travaillait chez Renault. Il racontait que les ouvriers avaient enduits de graisse les pièces fabriquées pour les protéger?. A la fin du conflit, les pièces avaient été dégraissées … au frais des ouvriers. Ayant dépassés les 80 ans, ils ont encore voté Mélenchon aux dernières présidentielles. Ma femme et moi avons essayé de poursuivre la transmission à notre fille pour en faire quelqu’un de bien.

L’empathie pour les plus faibles, la résistance à l’oppression quelle que soit sa forme et la lutte contre l’injustice, toutes ces valeurs transmises de générations en générations sont, pour ainsi dire, naturelles dans notre famille. Aussi, il est naturel chez nous de soutenir le mouvement des gilets jaunes. Comment ne pas être bouleversé par les images de ces gens mutilés ? Comment ne pas être ému par les témoignages dans le livre de François Ruffin « Ce pays que tu ne connais pas » ? Comment ne pas s’indigner devant les mensonges continuels de la propagande de la classe dominante ?

Et bien, il y a une partie de la population qui en est capable. Sous influence ou par idéologie, il existe cette France que je qualifie « d’au bon beurre ». Ce qualificatif est tiré du livre de Jean Dutour « Au bon beurre » sorti en 1952. Il raconte la vie d’un couple de crémiers pendant l’Occupation : opportunisme, collaboration et crapulerie au programme. Le roman national voudrait que la majorité de la France ait été résistante mais c’est une pure fiction. Elle a été et est encore couarde et veule. Tous ces twittos qui pleurent sur l’incendie du Fouquet’s, qui écrivent « Bien fait » pour la mutilation d’une personnes, qui approuvent les dernières mesures du gouvernement, quelles sont leurs valeurs ? Quelles valeurs leur ont été transmises dans leur famille ? Ils font parti de ce marais saumâtre, ce ventre mou des personnes qui ont peur de leur ombre, qui ne pensent qu’à eux et à leur petites possessions. « La crainte que la « multitude de voyous » menace la propriété des « hommes de la meilleure qualité » tel qu’ils se désignent eux-mêmes, remonte à la première révolution démocratique moderne en Angleterre au XVIIe siècle » Chomsky . Et j’aime aussi cette citation de l’Abbé Pierre « Quand on s’indigne, il convient de se demander si l’on est digne. » . J’imagine assez leurs ancêtres de s’indigner contre les sabotages et les attaques contre l’occupant ou approuvant Hitler d’arrêter les communistes après l’incendie du Reichstag.

On touche là, le point central de cet article. Je pense que les réactions de chacun sont conditionnées par les valeurs transmises par la famille. Certes, il y a sûrement des descendants de collaborateurs qui font le bien autour d’eux et des descendants de résistants qui sont de purs salauds. Mais, statistiquement parlant, on doit suivre les valeurs familiales. Un exemple frappant est celui de Charles de Courson. Ce conservateur modéré s’est élevé contre la loi anti-casseurs en évoquant le régime de Vichy. Grand-père et père résistants. Ce phénomène va aller en s’amplifiant dans la mesure où l’ascenseur social est en panne. De plus, je parle bien des valeurs et pas des opinions politiques : mes grands-parents étaient de droite, mes parents de gauche. Mon grand-père « compensait » ses opinions de droite par une intelligence exceptionnelle. Il était capable d’analyser une situation en prenant de la hauteur en examinant les faits et pas l’interprétation des faits. Nul doute qu’il aurait eu le même type de réflexe que Courson.

En conclusion, au vu des derniers évènements et de ce qui se prépare, je pense que ce blog risque d’être interdit dans plus ou moins longtemps. Certes, il n’a qu’un lectorat confidentiel mais la dérive vers la dictature conduira tôt ou tard la classe dominante à interdire toute critique même si son audience est négligeable. Je ne dramatise pas pour me donner le frisson du résistant à l’oppression. En 2015, j’annonçais la déclaration de la guerre de la classe dominante sur les autres. En 2016, je décortiquais le discours qui nous serait servi dans mon article sur les sophistes. En 2017, je parlais de l’émergence d’un néopétainisme mis en musique actuellement. Un mois avant le début des gilets jaunes, j’expliquais que Macron n’était pas un politique et utiliserait tous les moyens mêmes les plus immoraux pour atteindre les objectifs qu’ont lui a fixé. Je ne suis pas devin. J’essaie d’analyser les faits et d’en extraire le mécanisme et ce qui va venir ensuite (comme aux échecs). Comme dirait Spock « It’s only logical ». Live long and prosper.  

Au bon beurre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Au_bon_beurre
Intervention de Charles de Courson https://www.facebook.com/watch/?v=235646567320227
"Ce pays que tu ne connais pas" https://www.fakirpresse.info/boutique/accueil/83-ce-pays-que-tu-ne-connais-pas.html
  

jeudi 14 février 2019

 

Mépris pour les inutiles


Voici. Rapidement une réaction à chaud sur la vidéo tirée d’une conférence de Laurent Alexandre : https://www.youtube.com/watch?v=hxRDVnYv9eY&
Le conférencier, aujourd’hui, hurle à la déformation de ses propos et qu’ils défendaient au contraire les gilets jaunes.
Donc, au-delà du mépris pour les « inférieurs », se rajoute ne pas assumer ses propos et son corpus de pensée. La vidéo est à charge mais les propos restent difficilement défendable.

ADDENDUM du 15/02/2019
J'ai écouté la totalité de la conférence https://www.youtube.com/watch?time_continue=1635&v=-WRMZaGpCZ4
IL y a quelques éléments du constat sur lesquels je suis d'accord comme l'absence de l'Europe sur l'IA et la faiblesse des moyens mis à disposition des chercheurs. Mais il ne va pas plus loin pour dénoncer tous ces énarques dont il fait partie qui ont systématiquement démantelé l'industrie depuis 40 ans. Le problème c'est que ce sont ses potes. Par ailleurs l'intelligent bienveillant qui va aider l'imbécile inutile est le summum de la condescendance et du paternalisme. Réduire les gilets jaunes à des crétins qui ne comprennent pas le monde est la marque du mépris. "Les pauvres sont trop cons pour comprendre donc il est de notre devoir de les aider". C'est une devise bourgeoise. Enfin quand on se retranche derrière une référence en articulant son discours, c'est, malgré les dénégations, y souscrire quelque peut.  

Ce qu’il faut savoir c’est que ce type de conférence existe dans toutes les écoles « supérieures ». Ce n’est pas nouveau, je l’ai entendu dans mon école de commerce dans les années 80. « Vous êtes l’élite de la France ». Pour beaucoup, qui, malgré leur appartenance à l’élite sociale, gobent un discours flatteur c’est ce qui va leur permettre d’acquérir les outils nécessaires au maintien de la dominance. Il y a confusion entre appartenir à la classe dominante et appartenir à une élite notamment intellectuelle. Cela en fait des individus arrogants, sûrs de détenir la vérité. Je peux trouver nul un discours, un argument ou une action de la part de personnes moins privilégiées que moi. En revanche, j’ai un souverain mépris pour tous ces « supérieurement intelligents » qui ne sont souvent que des boursouflures et qui ne doivent leur position que par leur naissance ou leur appartenance à un certain milieu.
Aujourd’hui, on nous dit que la parole extrême, antisémite homophobe, …. est libérée à cause des gilets jaunes (ce qui est à mon avis faux). Par contre, la parole du mépris de classe est en roue libre. Ce n’est pas nouveau (déjà en 2005, Libération avait traité d’imbéciles ceux qui avait voté le « Non ») mais là le mouvement s’est réellement amplifié. Mais comme écrivait Courteline "Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet" .  

Le texte de mon commentaire du 13/02/2019 sur le groupe Mensa France de Facebook. Demanderait à être développé. 

« Le panneau de fin résume assez bien la teneur du propos. Une illustration du mépris du sachant de Bourdieu. Il confond compréhension de la société et capacité d'utiliser les techniques. En fait, il a lu "Les nouveaux pouvoirs" d'Alvin Toffler (1990) et "L'homme inutile" de Pierre-Noël Giraud, fait un mix et fait passer cela pour une pensée originale. Manifestement il ne connait que la surface de l'IA.

L'une des erreurs (volontaire?) qui est partagé par beaucoup de la classe dominante est qu'elle est capable de se reproduire à l'identique; que des gens "intelligents" vont engendrer des gens "intelligents". D'ailleurs c'est ce qu'elle cherche notamment en cassant l'éducation et voulant remplacer des citoyens par des "employables".
Ce qu'il ne comprend pas c'est que sa vision est basée sur la compétition. L'objectif est de supprimer les classes inférieures mais une fois qu'on les aura supprimées il y aura une nouvelle division dans la classe supérieure entre les supérieurs supérieurs et les supérieurs inférieurs. C'est un scénario à la Highlander : il ne doit en rester qu'un.

Encore une erreur : le mouvement des gilets jaunes serait le signal d'un changement radical de la société. Cela fait preuve d'une culture historique réduite (mais c'est normal, pour un néolibéral, le passé n'existe pas, seuls les profits d'aujourd'hui et de demain comptent). Ce qu'on assiste aujourd'hui n'est que le combat éternellement recommencé du dominant contre le dominé. Le décor change mais les ressorts sont toujours les mêmes. La classe dominante tire sur l'élastique de la patience des classes dominées jusqu'à ce qu'il lui pète à la gueule. Drapé dans son argument d'autorité venant de sa position sociale, il n'a pas compris comme tous ses pairs ce qu'il y a derrière le mouvement. La vision des gilets jaunes est évidemment distordue par les médias mainstream: on va faire venir des "leaders" qui sont des "bons clients" conformes à l'image que l'on veut faire passer ("des débiles" comme dit Thomas Legrand

). En revanche, ceux qui réfléchissent et qui sont capable d'articuler des contre arguments seront exclus de la lumière médiatique (au début, un journaliste avait dit à un GJ qui parlait bien "vous n'êtes pas un vrai GJ").
Son argumentation sur les intellectuels seuls capables de gérer la complexité donc seraient encore utiles pour faire tourner la boutique. Sait-il que certaines professions intellectuelles vont disparaître avec l'IA : comptable, avocat, juge, médecins, ... IL y a encore quelque temps, les ingénieurs et cadres se croyaient à l'abri du chômage. Pensent-ils qu'ils seront à l'abri des avancées de l'IA ?
 ADDENDUM du 15/02/2019 il l'est sur les médecins.

Pour conclure ces quelques rapides remarques à chaud, contrairement à un commentaire plus haut, ce type est en mission pour sa classe. Son discours n'est pas factuel mais est plein de sophismes et de biais de raisonnement. L'audience surtout de nos jours ne fait pas la vérité (comme mes propos d'ailleurs).
Si vous êtes intéressés pour avoir une vision intellectuelle, je vous invite à regarder cet interview de Eric Sadin sur Thinkerview. Il y a notamment une réflexion sur le fameux Graal médical de l'IA https://www.youtube.com/watch?v=VzeOnBRzDik  «

A noter, le petit mot de la fin sur « il faut aider les gilets jaunes » . C’est l’illustration d’une catharsis; comme pour la confession, on avoue ses pêchés, on fait une petite pénitence et on repart de plus belle.

Alvin Toffler : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alvin_Toffler
Mon post sur le livre de « L’homme inutile » de Pierre-Noël Giraud https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2016/01/je-ne-suis-quun-inutile-quand-je-suis.html

dimanche 21 octobre 2018





Les apophtegmes de Manu

ou

l’erreur sur la caractéristique du pouvoir actuel



La définition d’apophtegme est « Parole mémorable ayant une valeur de maxime. »
Notre bon monarque est devenu le spécialiste de la petite phrase.

Voilà un florilège non exhaustif
« Il y a dans cette société (Doux) une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

« Une gare, c'est un lieu où on croise les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien. »

« Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt : la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler. "

« Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux. »

Emmanuel Macron prévient qu'il ne cédera rien « ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes "

"Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien."

 Il traite les Français de « Gaulois réfractaires au changement »

"On met un pognon de dingue dans les minima sociaux"

« Je traverse la rue, je vous en trouve »

Je ne vais pas refaire toutes les analyses pour « expliquer » ces phrases car elles sont nombreuses : pour les pro Macron c’est du parlé vrai, pour les opposants c’est du mépris de classe.  Les uns et les autres ont tort.

Ce que l’on observe depuis 2 ans est l’augmentation de la répression policière, la dernière en date est celle contre les grévistes du Park Hyatt Vendôme. http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-les-grevistes-du-park-hyatt-vendome-deloges-par-la-police-12-10-2018-7917468.php

La violence utilisée sur la ZAD de Notre-Dame_des-Landes puis pour des opposants dans l’Est n’est que la partie émergente de l’iceberg. Le régime Macron utilise les outils semblables au supplice utilisé par les monarques absolus. Il faut lire ou relire « Surveiller et punir » de Foucault où il explique que le supplice n’était que le moyen pour effrayer et montrer sa puissance. Le pouvoir en place fait des lois qui sont le pendant numérique du panoptique : surveiller sans être visible.

Je passe sur l’affaire Benalla avec une police incapable d’ouvrir une porte et de trouver l’adresse de quelqu’un qui travaille pour le parti majoritaire. La disparition du coffre, les pressions sur le Sénat, les propos de Collomb sur l’interdiction des manifestations, et bien d’autre petits éléments amènent certains à parler de pente vers le fascisme. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on croit généralement, le fascisme n’est pas l’opposé de la démocratie mais une dégénérescence de celle-ci quand disparaissent les contre-pouvoirs. Là encore, il y a, à mon sens, une erreur d’analyse.
S’il y a des éléments qui pourrait y faire penser, ne serait-ce que l’approbation bruyante des extrêmes droites européennes sur la politique anti-émigrants de la France, ce n’est pas encore suffisant pour dire que le régime est fasciste.

On arrive sur ce qui fait la une des médias depuis quelques jours : l’opération contre Jean-Luc Mélenchon (JLM) et la France Insoumise (FI). Je resterai sur le factuel : des perquisitions ordonnés par un procureur de la République qui dépend du pouvoir politique, une centaine de policiers puissamment armés et porteurs de gilets pare-balles, une perquisition qui n’a pas respecté le code de procédure pénale, un JLM et certains insoumis en rage, …. On en revient à Foucault et au remplacement du supplice par l’action violente des forces de l’ordre et de la justice. Au passage, les psychologues vous expliqueront que l’homme soumis à une injustice répond toujours d’une manière plus violente que la crapule qui garde son calme.
Il n’est pas étonnant que la caste médiatique se déchaine contre Mélenchon. Je l’ai déjà expliqué dans des articles précédents : https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2017/04/25-196-25-et-pas-de-marine-le-pen-au.html et https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2017/05/traitre-emmanuel-goldstein-allez-faire.html . les 2 minutes de haine d’Orwell sont justes étendus à des heures voire des jours.
Que les journalistes se drapent dans une pseudo objectivité n’est pas étonnant. Ce que je trouve dégueulasse est qu’ils s’abritent derrière les meurtres de VRAIS journalistes d’investigation pour prouver leur intégrité alors qu’ils ne sont que des investigateurs de salon. Chacun choisit sa laisse.

Tout ce qui précède m’amène à ma grille de lecture de la situation.

JLM et la FI dénonce une manoeuvre politique. Une grande partie de la classe politique agit et commente ce que fait Macron comme de la politique. Macron serait donc un homme politique. Et bien je ne le crois pas.
Mon analyse est que Macron est un pur technocrate pas seulement de l'administration mais aussi de l'entreprise. La composition de ses gouvernements est en grande partie des « techniciens », des « pros » et pas des politiques. D’où sa difficulté quand 2 ministres n’entrant pas dans cette catégorie démissionnent brutalement.
Quand Macron parle de start-up nation c’est bien au sens littéral. On lui a confié une mission et des objectifs et il s’applique à les atteindre. Quand j’écris « on », je ne parle pas de personne en particulier, d’illuminati qui régiraient le monde. Encore une fois, il n’y a pas de complot mais une lutte entre la classe dominante et une classe dominée. Certes, on peut dire que la façon dont Macron a créé un parti (ce qui demande beaucoup d’argent) et financé sa campagne notamment par des diners à Londres et New York (imaginez si JLM avait été à des diners à Cuba ou Moscou) montre qu’il a eu affaire à des donateurs très généreux (Cf livre de Julia Cagé). Certes on peut dire que la promptitude qu’il a mise à montrer sa gratitude en faisant quelques cadeaux fiscaux aux plus riches peut sembler suspecte. Mais on pourrait (les journalistes intègres et objectifs) nous taxer de procès d’intention. Corrélation n’est pas causalité. Blablabla. Donc il n’y a pas qu’eux. Il y a aussi la logique d’un système dont le processus est enclenché depuis 40 ans.

Beaucoup de commentateurs s’arrêtent sur les mauvais sondages. Macron n’en a cure pour la simple raison qu’un patron n’a rien à faire de savoir si les employés sont contents ou pas. Là les employés sont les électeurs de base et les clients sont dans la classe dominante. Pour le moment, tout va bien car les clients sont contents. Une fois le job terminé, Macron sait qu’il aura une place bien au chaud dans le privé où il pourra continuer à exercer ses talents.
On a entendu à plusieurs occasions des élus dire aux LREM que l'Assemblée n'était pas un conseil d'administration. Et bien si. Tout est géré comme une entreprise. On ne fait pas de politique mais on applique les consignes. De même, les commentateurs peinent à trouver une ligne politique à En Marche. Il n'y en a pas, il y a un business plan.  

Et nous arrivons à l’opération anti-terroriste menée contre JLM et la FI. Pardon! Les perquisitions dans le cadre d’une enquête préliminaire ordonnée par un procureur qui est dépendant du gouvernement mais indépendant dans sa tête (traduction : l’indépendance est fonction de la longueur de la laisse qui ici est très courte). Là où JLM et la FI se trompe est qu’ils pensent que c’est une manoeuvre politique. L’objectif n’est pas d’avoir la liste des simples militants comme vous et moi mais d’avoir les noms des insoumis infiltrés dans les hautes sphères. L’absolutisme est souvent parano. Or, dans l’entreprise, il faut atteindre les objectifs par tous les moyens. Il n’y a pas de morale dans ceux-ci car seul compte le résultat. Donc on organise une opération de basse police pour récupérer les documents. Le temps que la procédure soit annulée pour vice de forme les données auront été copiées et étudiées, La procureur a déjà indiqué qu’il n’y avait pas de quoi déclencher une procédure judiciaire.


J’ai déjà écrit qu’il était naïf de penser que les « partageux » arrivent au pouvoir par les voies de l’élection à part circonstances extrêmes (guerre, révolutions, crise économique extrême, …). J’ai eu la chance de lire le bouquin du docteur de Mitterand avant que le livre ne soit interdit. Le premier chapitre décrit la tentation qu’avait eu Chirac de faire un coup d’état en 1981. Je ne mets évidemment pas l’élection d’un social démocrate comme élection d’un « partageux ».  Je vois les efforts de JLM et la FI d’apparaitre comme de vrais républicains qu’ils sont mais qui sont niés par la caste au pouvoir alors que c’est elle qui pervertit la démocratie en laissant à une camarilla le soin de gouverner. Cela me fait penser à l’Europe qui veut passer comme le bon élève de la mondialisation en ouvrant son marché à tous les vents pendant que, benoitement, les autres prennent des mesures protectionnistes. C’est perçu comme une faiblesse et augmente la force des coups de l’adversaire.

Je me répète mais à un moment il faudra se poser les bonnes questions. Il y a beaucoup de gens qui pensent que tout va bien dans le meilleur des mondes et que le régime est démocratique. je leur conseille de lire "Matin Brun" (lien ci-dessous). Etienne Chouard fait une excellente analyse de l'élection comme frein à la véritable démocratie (lien ci-dessous).    

Addendum du dimanche 25/11/2018
Depuis la publication de cet article, il y a eu un article de Thomas Guénolé dans Huffington Post. Cet article démontre factuellement que l'arsenal législatif pris dans son ensemble constitue ce qu'on appelle un état policier.
Hier, c'était la journée d'action des Gilets Jaunes (GJ). Je ne m'attarderai pas sur la propagande médiatique qui, comme à son habitude, a distordu les faits. Le point important est que beaucoup des GJ ont subi ce que subissent ceux qui avaient manifesté lors des conflits sociaux. La violence de la répression est à la hauteur de l'intention de la classe dominante d'assoir un pouvoir absolu. Nous sommes actuellement au dernier étage avant la dictature fasciste. La démocratie néolibérale n'est pas, contrairement à ce que l'on vous serine à longueur de temps, l'opposé du fascisme mais le revers de la même pièce.
On avait glosé juste après l'élection de Macron sur une commande très importante de grenades lacrymogènes. On sait maintenant pourquoi elle était nécessaire pour un pouvoir qui ne peut, par nature, qu'être répressif.

Ajout du 29/01/2019
L'interview de Monique Pinçon-Charlot sur la nature du pouvoir et de l'action de Macron. Beaucoup d'éléments reprennent les idées exprimées plus haut. https://www.youtube.com/watch?v=JEOj91N7tn8&feature=em-uploademail


Article de Thomas Guenolé : https://www.huffingtonpost.fr/thomas-guenole/la-france-devient-elle-un-etat-policier_a_23588460/

Gérard Filoche et les phrases http://www.filoche.net/2017/02/07/21-des-pires-declarations-d%E2%80%99emmanuel-macron/

Analyse Delporte dans le Monde https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/09/17/je-traverse-la-rue-je-vous-en-trouve-en-une-petite-phrase-emmanuel-macron-expose-sa-vision-du-travail_5356365_823448.html

Comment acheter des électeurs et comment Macron a contourné les règles https://www.youtube.com/watch?v=3eg9dLYyGko

Macron et l’indépendance de la justice https://www.marianne.net/politique/nouveau-procureur-de-paris-macron-crispe-en-faisant-sa-justice-lui-meme

Foucault « Surveiller et punir » https://fr.wikipedia.org/wiki/Surveiller_et_punir

Matin Brun http://lecteurenherbe.over-blog.fr/article-matin-brun-98037252.html

Conférence d’Etienne Chouard sur le processus électif https://www.youtube.com/watch?v=Pm_ebQrLt6s