Geek +50 ans, 4D programmer, 23 500 comics, science-fiction, Diablo, mécanique quantique, mathématique,Feynman, série TV et .... abonné au gaz

dimanche 9 juin 2019






De la différence entre raisonner et penser

ou

Comment passer de la collaboration à la résistance



Je viens d’écouter l’émission « La conversation scientifique » animée par Etienne Klein. L’émission était consacrée à Jean Cavaillès. Celui-ci était philosophe, mathématicien et résistant très actif. Il est exécuté en 1944. Mon précédent article ayant porté sur le néo-pétainisme, cette figure du penseur en action ne pouvait que m’intéresser.  

C’est dans la conclusion qu’a surgi un élément qui peut éclairer notre époque. Une intervenante dit que « la résistance amène à la pensée. Qu’il y a une différence entre penser et raisonner. » Elle continue en expliquant que Vichy et la collaboration était dans le raisonnement : puisque la France était vaincue, il fallait se mettre dans la roue du vainqueur et aménager le présent.
Aujourd’hui on va entendre « La mondialisation s’impose à tous, il faut s’insérer dans le mouvement », « Le patronat est en position forte, on se doit de négocier au mieux l’aménagement des nouvelles conditions de travail », « la France n’a pas les moyens de s’opposer au nouvel ordre mondial » .

On pourrait multiplier ses phrases qu’on entend à longueur de journée dans la bouche de politiques, syndicalistes style CFDT, journalistes à la bottes. C’est donc bien un discours consubstantiel de la collaboration. Les maîtres ou vainqueurs changent mais les réflexes subsistes. La base de l’ordo-libéralisme est donc en premier lieu un acte de soumission. Pour en tirer parti, on va ensuite collaborer d’abord de façon « passive » puis, face à la montée des mécontentements, de façon répressive. La camarilla actuelle au pouvoir se prétend le cercle de la raison. On devrait plutôt dire le cercle des raisonneurs. « Dans la situation de déficit de la France, on doit réduire les dépenses publiques » = soumission à la doxa néolibérale et L’UE + aménagement : réduire les dépenses ».

Maintenant on aurait tort de penser que le « raisonnement collabo » est réservé à l’élite dirigeante. On peut la retrouver sur une forme qui ressemble à de l’opposition mais qui, en fait, respecte les règles du jeu imposées par l’adversaire. On fait au mieux avec le peu d’autonomie qu’on nous laisse. A trop vouloir être dans les clous d’une pseudo-démocratie, on en fabrique pour sceller le cercueil de nos espérances. Quoi que l’on fasse, l’adversaire versera le soupçon de l’anti-démocratie et la caricature des personnes et des idées.


C’est là qu’intervient la pensée synonyme de disruption et de résistance. La pensée n’a que faire de l’état de fait. Elle casse les barrières et permet la construction de l’autonomie de l’individu car, pour sortir du cadre, il faut d’abord le connaître et l’identifier. Cela demande une énergie supérieure au simple raisonnement qui peut souvent se résumer à une succession d’éléments de pensée prémâchés ou de poncifs impensés.

On retrouve en filigrane cette dichotomie dans la « lettre de rupture » de Charlotte Girard à la France Insoumise. Au-delà du fait que je la trouve particulièrement juste, équilibrée et intelligente, elle pose la question de l’aporie d’un mouvement se voulant horizontal mais qui est structuré comme un mouvement à la conquête du pouvoir. D’un côté on est dans le raisonnement à savoir la soumission aux règles de Vème République qui, in fine, empêchera toute conquête du pouvoir. De l’autre, la pensée disruptive n’est pas canalisée par une profusion d’intérêts divergents et anarchiques. C’est ce qui explique la non rencontre entre le Gilets Jaunes et la FI alors que les revendications sont les mêmes. C’est comme si les GJ sentaient confusément que les demandes supportées par la FI n’aboutiraient jamais par les moyens politiques classiques. Il ne suffit pas d’utiliser de grandes expressions comme « la Révolution citoyenne » pour que la mayonnaise ne prenne. Il faut que dans les faits, il y ait à un moment donné quelque chose de concret qui se passe. La théorie du papillon ne fonctionne qu’à partir du moment où l’air remué par ses ailes peut circuler librement. Si le papillon est dans une bouteille, il ne se produira rien. Et c’est ce qui se passe aujourd’hui; le carcan médiatique étouffe la contestation. Les RS ne sont qu’une loupe déformante de la réalité comme in a pu le voir pour les élections européennes. D’où la déception de ceux qui y ont cru.

Alors quelle peut-être la solution ?
Premièrement faire primer la pensée sur le raisonnement. Pour qu’il y ait une vrai pensée, il faut qu’elle soit « out-of-the-box ». Sortir des schémas de la politique classique, redéfinir les moyens pour arriver au pouvoir. Ne pas penser que les quelques passages de socialistes au pouvoir se répéteront pour une pensée plus radicale. Prendre conscience que d’un côté la grande masse est apathique pour diverses raisons et de l’autre une classe moyenne supérieure qui reste aux ordres de la classe dominante pour en recueillir quelques miettes (en gros ceux atteint par le syndrome du larbin).
N’ayant pas le courage physique d’un Jean Cavaillès, je me contenterais d’essayer de penser et d’apporter des éléments de compréhension d’une réalité complexe.

PS1 :
Rapidement sur les élections européennes. Pour moi ce n’est pas une défaite. On aurait pu avoir mieux mais au vue du contexte ce n’est pas si mal. En terme de nombre d’électeur et de siège c’est une progression par rapport aux dernières européennes qui ne peuvent être que le seul élément de comparaison n’en déplaise à tous les agents de propagande qui s’obstinent à comparer avec les présidentielles.

PS2 : La nouvelle polémique sur les journalistes.            
J’ai un mépris souverain pour la grande majorité (pas la totalité) de la caste médiatique qui n’a de journaliste que le nom et qui sont les agents de propagande de l’ordre établi. Pour moi, il n’y aucune différence entre un journaliste du Monde ou de la Pravda à part que le second assume sa fonction.
Ils se prennent pour des Woodwad et Bernstein (Watergate) et ils ne sont que des Rebatet (journaliste de « Je suis partout »). Et encore Rebatet avait le courage d’assumer sa subjectivité. Eux ne l’ont même pas. Le frère de Cain se targue d’être attaqué par les extrêmes signe d’impartialité. Ce raisonnement sophiste est simplement la preuve qu’il est au service du système en place sinon il serait critiqué par tout le monde.
Ils se font peur en criant à la dictature pour l’utilisation du mot « rubricard » . En revanche, pas un mot de soutien à Assange dont ils ont utilisé à profusion les révélations car il faisait leur boulot.
Il n’y a pas de matière assez vile sur Terre pour pouvoir les qualifier.


Jean Cavaillès : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cavaill%C3%A8s

La conversation scientifique : https://www.youtube.com/watch?v=R5QitqDetso

Lettre de Charlotte Girard : https://www.facebook.com/AvecCharlotteGirard/posts/1096052570592850?__tn__=-R

Watergate : https://fr.wikipedia.org/wiki/Scandale_du_Watergate

Rebatet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Rebatet

mercredi 20 mars 2019





Le pétainisme est-il transmissible ?
ou
Origines de la France "au bon beurre"


Quand je vois certaines réactions sur Twitter de « bonnes gens » sur les gilets jaunes et les dégradations de bâtiments, je pense à mon grand-père maternel. Il avait sauté 3 fois à Dunkerque avant d’arriver en Angleterre. De retour en France il avait participé activement à la Résistance. Oh, pas de la « grande » résistance, pas de sabotage, pas de coup de feu contre l’occupant mais il transportait des journaux clandestins dans les rues de Paris. Je me souviens qu’il nous racontait que sa plus grande peur avait été quand une sentinelle du Jardin du Luxembourg l’avait arrêté alors qu’il portait une valise remplie. Heureusement, la sentinelle n’était pas trop curieuse et n’avait pas cherché plus loin que la vision des vêtements sur le dessus. Ma grand-mère racontait elle la fois où cela avait frappé à la porte en pleine nuit. Elle et mon grand-père voulaient ne pas répondre car ils avaient pensé que « Cette fois c’était la bonne ». Mais la mère de ma grand-mère avait crié qu’il y avait quelqu’un qui toquait. Mes grands parents racontaient leur soulagement quand ils ouvrirent la porte et que c’était quelqu’un qui s’était trompé d’appartement. Ce sont de petites choses au regard de l’Histoire mais, au vu des risques pris, c’était une insoumission réelle à l’ordre établi.
Mon grand-père était devenu Franc-maçon. Il m’en parlait de temps en temps comme d’un cercle philosophique qui travaillait autour des valeurs Liberté, Egalité et Fraternité. On parlait humanisme et transmission.
Mes parents ont continué sur la lancée. On lisait « La vie ouvrière » à la maison et en 1968 ils faisaient partie des grévistes. Mon père travaillait chez Renault. Il racontait que les ouvriers avaient enduits de graisse les pièces fabriquées pour les protéger?. A la fin du conflit, les pièces avaient été dégraissées … au frais des ouvriers. Ayant dépassés les 80 ans, ils ont encore voté Mélenchon aux dernières présidentielles. Ma femme et moi avons essayé de poursuivre la transmission à notre fille pour en faire quelqu’un de bien.

L’empathie pour les plus faibles, la résistance à l’oppression quelle que soit sa forme et la lutte contre l’injustice, toutes ces valeurs transmises de générations en générations sont, pour ainsi dire, naturelles dans notre famille. Aussi, il est naturel chez nous de soutenir le mouvement des gilets jaunes. Comment ne pas être bouleversé par les images de ces gens mutilés ? Comment ne pas être ému par les témoignages dans le livre de François Ruffin « Ce pays que tu ne connais pas » ? Comment ne pas s’indigner devant les mensonges continuels de la propagande de la classe dominante ?

Et bien, il y a une partie de la population qui en est capable. Sous influence ou par idéologie, il existe cette France que je qualifie « d’au bon beurre ». Ce qualificatif est tiré du livre de Jean Dutour « Au bon beurre » sorti en 1952. Il raconte la vie d’un couple de crémiers pendant l’Occupation : opportunisme, collaboration et crapulerie au programme. Le roman national voudrait que la majorité de la France ait été résistante mais c’est une pure fiction. Elle a été et est encore couarde et veule. Tous ces twittos qui pleurent sur l’incendie du Fouquet’s, qui écrivent « Bien fait » pour la mutilation d’une personnes, qui approuvent les dernières mesures du gouvernement, quelles sont leurs valeurs ? Quelles valeurs leur ont été transmises dans leur famille ? Ils font parti de ce marais saumâtre, ce ventre mou des personnes qui ont peur de leur ombre, qui ne pensent qu’à eux et à leur petites possessions. « La crainte que la « multitude de voyous » menace la propriété des « hommes de la meilleure qualité » tel qu’ils se désignent eux-mêmes, remonte à la première révolution démocratique moderne en Angleterre au XVIIe siècle » Chomsky . Et j’aime aussi cette citation de l’Abbé Pierre « Quand on s’indigne, il convient de se demander si l’on est digne. » . J’imagine assez leurs ancêtres de s’indigner contre les sabotages et les attaques contre l’occupant ou approuvant Hitler d’arrêter les communistes après l’incendie du Reichstag.

On touche là, le point central de cet article. Je pense que les réactions de chacun sont conditionnées par les valeurs transmises par la famille. Certes, il y a sûrement des descendants de collaborateurs qui font le bien autour d’eux et des descendants de résistants qui sont de purs salauds. Mais, statistiquement parlant, on doit suivre les valeurs familiales. Un exemple frappant est celui de Charles de Courson. Ce conservateur modéré s’est élevé contre la loi anti-casseurs en évoquant le régime de Vichy. Grand-père et père résistants. Ce phénomène va aller en s’amplifiant dans la mesure où l’ascenseur social est en panne. De plus, je parle bien des valeurs et pas des opinions politiques : mes grands-parents étaient de droite, mes parents de gauche. Mon grand-père « compensait » ses opinions de droite par une intelligence exceptionnelle. Il était capable d’analyser une situation en prenant de la hauteur en examinant les faits et pas l’interprétation des faits. Nul doute qu’il aurait eu le même type de réflexe que Courson.

En conclusion, au vu des derniers évènements et de ce qui se prépare, je pense que ce blog risque d’être interdit dans plus ou moins longtemps. Certes, il n’a qu’un lectorat confidentiel mais la dérive vers la dictature conduira tôt ou tard la classe dominante à interdire toute critique même si son audience est négligeable. Je ne dramatise pas pour me donner le frisson du résistant à l’oppression. En 2015, j’annonçais la déclaration de la guerre de la classe dominante sur les autres. En 2016, je décortiquais le discours qui nous serait servi dans mon article sur les sophistes. En 2017, je parlais de l’émergence d’un néopétainisme mis en musique actuellement. Un mois avant le début des gilets jaunes, j’expliquais que Macron n’était pas un politique et utiliserait tous les moyens mêmes les plus immoraux pour atteindre les objectifs qu’ont lui a fixé. Je ne suis pas devin. J’essaie d’analyser les faits et d’en extraire le mécanisme et ce qui va venir ensuite (comme aux échecs). Comme dirait Spock « It’s only logical ». Live long and prosper.  

Au bon beurre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Au_bon_beurre
Intervention de Charles de Courson https://www.facebook.com/watch/?v=235646567320227
"Ce pays que tu ne connais pas" https://www.fakirpresse.info/boutique/accueil/83-ce-pays-que-tu-ne-connais-pas.html
  

jeudi 14 février 2019

 

Mépris pour les inutiles


Voici. Rapidement une réaction à chaud sur la vidéo tirée d’une conférence de Laurent Alexandre : https://www.youtube.com/watch?v=hxRDVnYv9eY&
Le conférencier, aujourd’hui, hurle à la déformation de ses propos et qu’ils défendaient au contraire les gilets jaunes.
Donc, au-delà du mépris pour les « inférieurs », se rajoute ne pas assumer ses propos et son corpus de pensée. La vidéo est à charge mais les propos restent difficilement défendable.

ADDENDUM du 15/02/2019
J'ai écouté la totalité de la conférence https://www.youtube.com/watch?time_continue=1635&v=-WRMZaGpCZ4
IL y a quelques éléments du constat sur lesquels je suis d'accord comme l'absence de l'Europe sur l'IA et la faiblesse des moyens mis à disposition des chercheurs. Mais il ne va pas plus loin pour dénoncer tous ces énarques dont il fait partie qui ont systématiquement démantelé l'industrie depuis 40 ans. Le problème c'est que ce sont ses potes. Par ailleurs l'intelligent bienveillant qui va aider l'imbécile inutile est le summum de la condescendance et du paternalisme. Réduire les gilets jaunes à des crétins qui ne comprennent pas le monde est la marque du mépris. "Les pauvres sont trop cons pour comprendre donc il est de notre devoir de les aider". C'est une devise bourgeoise. Enfin quand on se retranche derrière une référence en articulant son discours, c'est, malgré les dénégations, y souscrire quelque peut.  

Ce qu’il faut savoir c’est que ce type de conférence existe dans toutes les écoles « supérieures ». Ce n’est pas nouveau, je l’ai entendu dans mon école de commerce dans les années 80. « Vous êtes l’élite de la France ». Pour beaucoup, qui, malgré leur appartenance à l’élite sociale, gobent un discours flatteur c’est ce qui va leur permettre d’acquérir les outils nécessaires au maintien de la dominance. Il y a confusion entre appartenir à la classe dominante et appartenir à une élite notamment intellectuelle. Cela en fait des individus arrogants, sûrs de détenir la vérité. Je peux trouver nul un discours, un argument ou une action de la part de personnes moins privilégiées que moi. En revanche, j’ai un souverain mépris pour tous ces « supérieurement intelligents » qui ne sont souvent que des boursouflures et qui ne doivent leur position que par leur naissance ou leur appartenance à un certain milieu.
Aujourd’hui, on nous dit que la parole extrême, antisémite homophobe, …. est libérée à cause des gilets jaunes (ce qui est à mon avis faux). Par contre, la parole du mépris de classe est en roue libre. Ce n’est pas nouveau (déjà en 2005, Libération avait traité d’imbéciles ceux qui avait voté le « Non ») mais là le mouvement s’est réellement amplifié. Mais comme écrivait Courteline "Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet" .  

Le texte de mon commentaire du 13/02/2019 sur le groupe Mensa France de Facebook. Demanderait à être développé. 

« Le panneau de fin résume assez bien la teneur du propos. Une illustration du mépris du sachant de Bourdieu. Il confond compréhension de la société et capacité d'utiliser les techniques. En fait, il a lu "Les nouveaux pouvoirs" d'Alvin Toffler (1990) et "L'homme inutile" de Pierre-Noël Giraud, fait un mix et fait passer cela pour une pensée originale. Manifestement il ne connait que la surface de l'IA.

L'une des erreurs (volontaire?) qui est partagé par beaucoup de la classe dominante est qu'elle est capable de se reproduire à l'identique; que des gens "intelligents" vont engendrer des gens "intelligents". D'ailleurs c'est ce qu'elle cherche notamment en cassant l'éducation et voulant remplacer des citoyens par des "employables".
Ce qu'il ne comprend pas c'est que sa vision est basée sur la compétition. L'objectif est de supprimer les classes inférieures mais une fois qu'on les aura supprimées il y aura une nouvelle division dans la classe supérieure entre les supérieurs supérieurs et les supérieurs inférieurs. C'est un scénario à la Highlander : il ne doit en rester qu'un.

Encore une erreur : le mouvement des gilets jaunes serait le signal d'un changement radical de la société. Cela fait preuve d'une culture historique réduite (mais c'est normal, pour un néolibéral, le passé n'existe pas, seuls les profits d'aujourd'hui et de demain comptent). Ce qu'on assiste aujourd'hui n'est que le combat éternellement recommencé du dominant contre le dominé. Le décor change mais les ressorts sont toujours les mêmes. La classe dominante tire sur l'élastique de la patience des classes dominées jusqu'à ce qu'il lui pète à la gueule. Drapé dans son argument d'autorité venant de sa position sociale, il n'a pas compris comme tous ses pairs ce qu'il y a derrière le mouvement. La vision des gilets jaunes est évidemment distordue par les médias mainstream: on va faire venir des "leaders" qui sont des "bons clients" conformes à l'image que l'on veut faire passer ("des débiles" comme dit Thomas Legrand

). En revanche, ceux qui réfléchissent et qui sont capable d'articuler des contre arguments seront exclus de la lumière médiatique (au début, un journaliste avait dit à un GJ qui parlait bien "vous n'êtes pas un vrai GJ").
Son argumentation sur les intellectuels seuls capables de gérer la complexité donc seraient encore utiles pour faire tourner la boutique. Sait-il que certaines professions intellectuelles vont disparaître avec l'IA : comptable, avocat, juge, médecins, ... IL y a encore quelque temps, les ingénieurs et cadres se croyaient à l'abri du chômage. Pensent-ils qu'ils seront à l'abri des avancées de l'IA ?
 ADDENDUM du 15/02/2019 il l'est sur les médecins.

Pour conclure ces quelques rapides remarques à chaud, contrairement à un commentaire plus haut, ce type est en mission pour sa classe. Son discours n'est pas factuel mais est plein de sophismes et de biais de raisonnement. L'audience surtout de nos jours ne fait pas la vérité (comme mes propos d'ailleurs).
Si vous êtes intéressés pour avoir une vision intellectuelle, je vous invite à regarder cet interview de Eric Sadin sur Thinkerview. Il y a notamment une réflexion sur le fameux Graal médical de l'IA https://www.youtube.com/watch?v=VzeOnBRzDik  «

A noter, le petit mot de la fin sur « il faut aider les gilets jaunes » . C’est l’illustration d’une catharsis; comme pour la confession, on avoue ses pêchés, on fait une petite pénitence et on repart de plus belle.

Alvin Toffler : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alvin_Toffler
Mon post sur le livre de « L’homme inutile » de Pierre-Noël Giraud https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2016/01/je-ne-suis-quun-inutile-quand-je-suis.html

dimanche 21 octobre 2018





Les apophtegmes de Manu

ou

l’erreur sur la caractéristique du pouvoir actuel



La définition d’apophtegme est « Parole mémorable ayant une valeur de maxime. »
Notre bon monarque est devenu le spécialiste de la petite phrase.

Voilà un florilège non exhaustif
« Il y a dans cette société (Doux) une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

« Une gare, c'est un lieu où on croise les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien. »

« Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt : la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler. "

« Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux. »

Emmanuel Macron prévient qu'il ne cédera rien « ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes "

"Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien."

 Il traite les Français de « Gaulois réfractaires au changement »

"On met un pognon de dingue dans les minima sociaux"

« Je traverse la rue, je vous en trouve »

Je ne vais pas refaire toutes les analyses pour « expliquer » ces phrases car elles sont nombreuses : pour les pro Macron c’est du parlé vrai, pour les opposants c’est du mépris de classe.  Les uns et les autres ont tort.

Ce que l’on observe depuis 2 ans est l’augmentation de la répression policière, la dernière en date est celle contre les grévistes du Park Hyatt Vendôme. http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-les-grevistes-du-park-hyatt-vendome-deloges-par-la-police-12-10-2018-7917468.php

La violence utilisée sur la ZAD de Notre-Dame_des-Landes puis pour des opposants dans l’Est n’est que la partie émergente de l’iceberg. Le régime Macron utilise les outils semblables au supplice utilisé par les monarques absolus. Il faut lire ou relire « Surveiller et punir » de Foucault où il explique que le supplice n’était que le moyen pour effrayer et montrer sa puissance. Le pouvoir en place fait des lois qui sont le pendant numérique du panoptique : surveiller sans être visible.

Je passe sur l’affaire Benalla avec une police incapable d’ouvrir une porte et de trouver l’adresse de quelqu’un qui travaille pour le parti majoritaire. La disparition du coffre, les pressions sur le Sénat, les propos de Collomb sur l’interdiction des manifestations, et bien d’autre petits éléments amènent certains à parler de pente vers le fascisme. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on croit généralement, le fascisme n’est pas l’opposé de la démocratie mais une dégénérescence de celle-ci quand disparaissent les contre-pouvoirs. Là encore, il y a, à mon sens, une erreur d’analyse.
S’il y a des éléments qui pourrait y faire penser, ne serait-ce que l’approbation bruyante des extrêmes droites européennes sur la politique anti-émigrants de la France, ce n’est pas encore suffisant pour dire que le régime est fasciste.

On arrive sur ce qui fait la une des médias depuis quelques jours : l’opération contre Jean-Luc Mélenchon (JLM) et la France Insoumise (FI). Je resterai sur le factuel : des perquisitions ordonnés par un procureur de la République qui dépend du pouvoir politique, une centaine de policiers puissamment armés et porteurs de gilets pare-balles, une perquisition qui n’a pas respecté le code de procédure pénale, un JLM et certains insoumis en rage, …. On en revient à Foucault et au remplacement du supplice par l’action violente des forces de l’ordre et de la justice. Au passage, les psychologues vous expliqueront que l’homme soumis à une injustice répond toujours d’une manière plus violente que la crapule qui garde son calme.
Il n’est pas étonnant que la caste médiatique se déchaine contre Mélenchon. Je l’ai déjà expliqué dans des articles précédents : https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2017/04/25-196-25-et-pas-de-marine-le-pen-au.html et https://blogdugeekvintage.blogspot.com/2017/05/traitre-emmanuel-goldstein-allez-faire.html . les 2 minutes de haine d’Orwell sont justes étendus à des heures voire des jours.
Que les journalistes se drapent dans une pseudo objectivité n’est pas étonnant. Ce que je trouve dégueulasse est qu’ils s’abritent derrière les meurtres de VRAIS journalistes d’investigation pour prouver leur intégrité alors qu’ils ne sont que des investigateurs de salon. Chacun choisit sa laisse.

Tout ce qui précède m’amène à ma grille de lecture de la situation.

JLM et la FI dénonce une manoeuvre politique. Une grande partie de la classe politique agit et commente ce que fait Macron comme de la politique. Macron serait donc un homme politique. Et bien je ne le crois pas.
Mon analyse est que Macron est un pur technocrate pas seulement de l'administration mais aussi de l'entreprise. La composition de ses gouvernements est en grande partie des « techniciens », des « pros » et pas des politiques. D’où sa difficulté quand 2 ministres n’entrant pas dans cette catégorie démissionnent brutalement.
Quand Macron parle de start-up nation c’est bien au sens littéral. On lui a confié une mission et des objectifs et il s’applique à les atteindre. Quand j’écris « on », je ne parle pas de personne en particulier, d’illuminati qui régiraient le monde. Encore une fois, il n’y a pas de complot mais une lutte entre la classe dominante et une classe dominée. Certes, on peut dire que la façon dont Macron a créé un parti (ce qui demande beaucoup d’argent) et financé sa campagne notamment par des diners à Londres et New York (imaginez si JLM avait été à des diners à Cuba ou Moscou) montre qu’il a eu affaire à des donateurs très généreux (Cf livre de Julia Cagé). Certes on peut dire que la promptitude qu’il a mise à montrer sa gratitude en faisant quelques cadeaux fiscaux aux plus riches peut sembler suspecte. Mais on pourrait (les journalistes intègres et objectifs) nous taxer de procès d’intention. Corrélation n’est pas causalité. Blablabla. Donc il n’y a pas qu’eux. Il y a aussi la logique d’un système dont le processus est enclenché depuis 40 ans.

Beaucoup de commentateurs s’arrêtent sur les mauvais sondages. Macron n’en a cure pour la simple raison qu’un patron n’a rien à faire de savoir si les employés sont contents ou pas. Là les employés sont les électeurs de base et les clients sont dans la classe dominante. Pour le moment, tout va bien car les clients sont contents. Une fois le job terminé, Macron sait qu’il aura une place bien au chaud dans le privé où il pourra continuer à exercer ses talents.
On a entendu à plusieurs occasions des élus dire aux LREM que l'Assemblée n'était pas un conseil d'administration. Et bien si. Tout est géré comme une entreprise. On ne fait pas de politique mais on applique les consignes. De même, les commentateurs peinent à trouver une ligne politique à En Marche. Il n'y en a pas, il y a un business plan.  

Et nous arrivons à l’opération anti-terroriste menée contre JLM et la FI. Pardon! Les perquisitions dans le cadre d’une enquête préliminaire ordonnée par un procureur qui est dépendant du gouvernement mais indépendant dans sa tête (traduction : l’indépendance est fonction de la longueur de la laisse qui ici est très courte). Là où JLM et la FI se trompe est qu’ils pensent que c’est une manoeuvre politique. L’objectif n’est pas d’avoir la liste des simples militants comme vous et moi mais d’avoir les noms des insoumis infiltrés dans les hautes sphères. L’absolutisme est souvent parano. Or, dans l’entreprise, il faut atteindre les objectifs par tous les moyens. Il n’y a pas de morale dans ceux-ci car seul compte le résultat. Donc on organise une opération de basse police pour récupérer les documents. Le temps que la procédure soit annulée pour vice de forme les données auront été copiées et étudiées, La procureur a déjà indiqué qu’il n’y avait pas de quoi déclencher une procédure judiciaire.


J’ai déjà écrit qu’il était naïf de penser que les « partageux » arrivent au pouvoir par les voies de l’élection à part circonstances extrêmes (guerre, révolutions, crise économique extrême, …). J’ai eu la chance de lire le bouquin du docteur de Mitterand avant que le livre ne soit interdit. Le premier chapitre décrit la tentation qu’avait eu Chirac de faire un coup d’état en 1981. Je ne mets évidemment pas l’élection d’un social démocrate comme élection d’un « partageux ».  Je vois les efforts de JLM et la FI d’apparaitre comme de vrais républicains qu’ils sont mais qui sont niés par la caste au pouvoir alors que c’est elle qui pervertit la démocratie en laissant à une camarilla le soin de gouverner. Cela me fait penser à l’Europe qui veut passer comme le bon élève de la mondialisation en ouvrant son marché à tous les vents pendant que, benoitement, les autres prennent des mesures protectionnistes. C’est perçu comme une faiblesse et augmente la force des coups de l’adversaire.

Je me répète mais à un moment il faudra se poser les bonnes questions. Il y a beaucoup de gens qui pensent que tout va bien dans le meilleur des mondes et que le régime est démocratique. je leur conseille de lire "Matin Brun" (lien ci-dessous). Etienne Chouard fait une excellente analyse de l'élection comme frein à la véritable démocratie (lien ci-dessous).    

Addendum du dimanche 25/11/2018
Depuis la publication de cet article, il y a eu un article de Thomas Guénolé dans Huffington Post. Cet article démontre factuellement que l'arsenal législatif pris dans son ensemble constitue ce qu'on appelle un état policier.
Hier, c'était la journée d'action des Gilets Jaunes (GJ). Je ne m'attarderai pas sur la propagande médiatique qui, comme à son habitude, a distordu les faits. Le point important est que beaucoup des GJ ont subi ce que subissent ceux qui avaient manifesté lors des conflits sociaux. La violence de la répression est à la hauteur de l'intention de la classe dominante d'assoir un pouvoir absolu. Nous sommes actuellement au dernier étage avant la dictature fasciste. La démocratie néolibérale n'est pas, contrairement à ce que l'on vous serine à longueur de temps, l'opposé du fascisme mais le revers de la même pièce.
On avait glosé juste après l'élection de Macron sur une commande très importante de grenades lacrymogènes. On sait maintenant pourquoi elle était nécessaire pour un pouvoir qui ne peut, par nature, qu'être répressif.

Ajout du 29/01/2019
L'interview de Monique Pinçon-Charlot sur la nature du pouvoir et de l'action de Macron. Beaucoup d'éléments reprennent les idées exprimées plus haut. https://www.youtube.com/watch?v=JEOj91N7tn8&feature=em-uploademail


Article de Thomas Guenolé : https://www.huffingtonpost.fr/thomas-guenole/la-france-devient-elle-un-etat-policier_a_23588460/

Gérard Filoche et les phrases http://www.filoche.net/2017/02/07/21-des-pires-declarations-d%E2%80%99emmanuel-macron/

Analyse Delporte dans le Monde https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/09/17/je-traverse-la-rue-je-vous-en-trouve-en-une-petite-phrase-emmanuel-macron-expose-sa-vision-du-travail_5356365_823448.html

Comment acheter des électeurs et comment Macron a contourné les règles https://www.youtube.com/watch?v=3eg9dLYyGko

Macron et l’indépendance de la justice https://www.marianne.net/politique/nouveau-procureur-de-paris-macron-crispe-en-faisant-sa-justice-lui-meme

Foucault « Surveiller et punir » https://fr.wikipedia.org/wiki/Surveiller_et_punir

Matin Brun http://lecteurenherbe.over-blog.fr/article-matin-brun-98037252.html

Conférence d’Etienne Chouard sur le processus électif https://www.youtube.com/watch?v=Pm_ebQrLt6s 

lundi 20 août 2018

 

Pensée éparpillées


Cela fait quelques mois que je n’ai écrit sur ce blog. Après le rush des élections, j’ai fait une pause dans l’écriture histoire de souffler un peu. Cela m’a permis aussi de prendre du champ et de regarder les évènements. Naïvement, je pensais que les choses se calmeraient. Que la violence des débats s’apaiserait par la joie des vainqueurs. C’était sans compter sur la haine pour les « partageux » . L’égoïsme ontologique de l’individu se satisfait d’une servitude qui reste encore moelleuse.

En ce moment sur Twitter, j’utilise 2 citations pour l’une dire bonjour et l’autre dire bonsoir sans qu’une soit plus attachée à un salut.
La première est une réplique du film « Je ne sais rien mais je dirais tout ». Ce film est une satire de la bourgeoisie autour de la figure d’un marchand d’armes joué par Bernard Blier. Son fils est à l’opposé en étant éducateur social; il est joué par Pierre Richard. Celui-ci se trouve être ramassé par la police dont le commissaire est joué par Pierre Tornade. Son père vient le chercher et il est libéré.
Dans la voiture, Blier : "Rappelle-toi que c'est grâce à ces cons qu'on est des puissants"
Devant le commissariat, Tornade »Messieurs, rappelez-vous que c'est grâce à ces puissants que nous sommes des cons" 
Ne trouvez-vous pas que cela illustre parfaitement le climat actuel avec un monarque qui a montré maintes fois son mépris pour les petites gens et un peuple qui, au mieux est indifférent et au pire pense qu’il est LA solution aux difficultés de l’époque actuelle.

La deuxième est d’Oswald Wirth "Ne pas penser, c'est consentir à être dominé, conduit, dirigé et traité trop souvent en bête de somme" . L’élection nous conduisant à élire nos maîtres, y rajouter de ne pas réfléchir et se laisser guider par une « information » des médias mainstream. Par ailleurs, j’ai souvent parlé du principe de moindre action de Maupertuis. La nature fonctionne de la façon la plus efficace à l’énergie minimum. Contrairement à l’humain, la nature est économe en énergie. De même, les neurosciences montrent que le réseau neuronal (terme utilisé habituellement en Intelligence Artificielle) est plus dense quand un individu réfléchit que lorsqu’il est dans la croyance. La perte moyenne de 4 points de QI depuis les années 70 s’explique en partie par le développement des technologies qui permettent de s’abstraire du processus réflexif. Par conséquent, c’est celui qui a le plus de puissance de feu qui va faire passer ses idées.

J’avais écrit il y a 3 ans que la guerre était déclarée entre l’oligarchie et le reste de la société. Texte juillet 2015

Elle fait rage actuellement et l’on assiste à une offensive relayée avec zèle par les médias propriétés de l’oligarchie. Et même au-delà si l’on lit l’article sorti ce jour dans Ouest France sur le Vénézuela https://www.ouest-france.fr/monde/venezuela/pour-sortir-de-la-crise-le-venezuela-multiplie-les-salaires-par-34-5929368 . Tous les éléments de langage y sont avec en premier lieu de faire passer l’idée que Maduro n’est pas élu démocratiquement et exerce une dictature. On oublie au passage les 10 policiers tués par balle pendant les manifestations pacifiques de l’opposition. Moi j’en reste à cette émission Sujets qui fâchent https://www.youtube.com/watch?v=ZTZdmnxXSWA et j’attends toujours les contre arguments des thuriféraires de l’opposition « démocratique » notamment le cas de la pénurie de médicament. J’ai pu même lire sur Twitter que les instigateurs du dernier attentat sont la résistance face à un Maduro repeint en Hitler. A ce point là la connerie ...
 

Je ne sais pas si vous avez connu mais, à l’école, il y avait toujours une brute qui terrorisait les autres élèves et qui était suivi par une cour où il y avait un petit malingre qui donnait des coups de pieds par derrière quand la brute agressait quelqu’un. Macron, sur le Vénézuela (mais aussi sur d’autres sujets) est ce petit « courageux » derrière Trump. 

Je parle du Vénézuela mais ce n’est qu’un détail face à la désinformation quotidienne sur ce qu’il se passe en France.

Parlons rapidement de l’affaire Benalla. Sur le fond tout est dit mais c’est sur l’information relayée par tous les médias mainstream que l’affaire avait été amplifiée par des comptes pro russes. Cette intoxication provenait d’une pseudo-ONG financée en partie par une agence de propagande US et l’Union Européenne. Elle eut le malheur de mettre à disposition les sources de son « travail ». Mal lui en pris car de simple twittos se sont retrouvés dans une liste dont votre serviteur sous le rang 21190 pour 27 tweets. Je parle de rang, et non pas de matricule comme cela a été repris, car c’est le numéro de la ligne que l’on a après un tri sur le nombre de tweet. Moi c’est pour ce type de tweet que j’ai été recensé. Leur caractère pro-russe saute aux yeux.


Le tollé n’aurait pas été tel si un climat de lente descente vers un régime au mieux autoritaire au pire dictatorial ne dominait la scène nationale. Entre les lois sur la « sécurité » liberticides, les lois anti-immigration inspirées par la doxa d’extrême droite, les violences policières innombrables relayées sur les réseaux sociaux et un parlement aux ordres de l’exécutif (« de simples digéreurs, intestins silencieux de la bouche élyséenne » André Chassaigne), on est dans une société proche de celle phantasmée du Vénézuela.
L’oligarchie a décidé de prendre la main sur le pouvoir politique en se débarrassant des politiques qui pouvaient avoir encore quelques scrupules. Macron est le numéro deux du village. Il accomplira sa mission avec zèle et sans état d’âme.

Ce qui est consternant est l’incapacité d’une certaine classe moyenne de voir la situation réelle. Elle paie pour les plus riches mais elle continue de taper sur le petit ou le « privilégié » qui souvent gagne moins que lui. Ce sont pourtant des gens qui ont dans la majorité une instruction supérieure. Apparemment on ne leur pas appris à penser mais à accepter le premier discours qui passe sans en interroger le fondement. L’esprit critique est réservé aux chômeurs ou aux cheminots. Le diplôme ne donne pas l’intelligence.

Dans un autre registre, il y a la polémique qu’il y a eu sur les militants de gauche qui ont regretté que les gens descendent dans la rue pour manifester leur joie. Ils ont reçu une volée de bois vert. Il se trouve que ma femme se promenait à ce moment là. Elle croisa une voiture pleine de jeune qui gueulait « on a gagné ». Comme elle ne participa pas à leur bonheur en levant les bras au ciel et criant « on a gagné », elle fut traitée de « connasse ». Cet épisode montre simplement ce que j’appelle la dictature de l’allégresse. Dans un moment comme cela on se doit de participer sous peine d’être traité de mauvais français. Cet exercice cathartique soi-disant inclusif est en fait une injonction. Une illustration est le « Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais » des supporters de foot de l’OL.
Pour en revenir aux militants de gauche, il faut dire que c’est un véritable sacerdoce. Ce sont des gens qui se battent pour des gens qui, au mieux, vont les ignorer ou, au pire, vont les critiquer. Comment ne pas comprendre ceux qui se sont battus sur la lois travail, qui ont donné du temps et de l’énergie pour une cause commune à tous les salariés et qui n’ont reçu que peu de soutien? Il suffit de voir comment sont traités les leaders des « partageux ». Quand ils ne sont pas emprisonnés comme Lula après une parodie de procès, on leur impute toutes les turpitudes comme pour Mélenchon, Corbyn ou Sanders. Quand on voit le nombre de leurs ennemis, on peut se demander pourquoi ils dérangent tant. Par ailleurs, ce sont des personnes ayant atteint depuis longtemps l’âge de la retraite. Que viennent-ils faire dans ce marigot alors qu’ils pourraient tranquillement profiter de leur retraite? Le sens du bien commun peut-être.

Voilà donc quelques réflexions éparses. Si j’avais un conseil à donner, c’est de passer au crible les informations que l’on reçoit y compris celles de média en qui l’on fait confiance. Toujours s’interroger sur ses opinions : sont-elles le fruit de ma réflexions ou sont-ce la reprise d’éléments de langage entendu ? Pratiquer le doute cartésien de façon raisonnée (ne pas remettre en doute que laTerre est ronde par exemple).    


 
 Quelques références ou matières à réflexion.

Les libertés en France : https://www.20minutes.fr/societe/2276087-20180523-onu-epingle-france-lutte-antiterroriste-effets-preoccupants-libertes-individuelles?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&xtref=twitter.com&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1527092945

Emission sur la justice https://www.youtube.com/watch?v=5hnnjqaMDSc&feature=em-lbcastemail

Déclaration Collomb sur manifestation https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/26/maree-populaire-gerard-collomb-critique-la-passivite-complice-des-manifestants-face-aux-casseurs_a_23444279/

L’intox de Disinfo décortiquée https://www.les-crises.fr/nicolas-vanderbiest-et-le-eu-disinfolab-a-l-origine-d-une-intox-l-affaire-benalla-produit-de-la-russosphere/

Sujets qui fâchent https://www.youtube.com/watch?v=ZTZdmnxXSWA

mardi 7 novembre 2017



Pensées éparses



Le Goncourt "L'ordre du Jour" d'Eric Vuillard raconte la complicité des grands patrons allemands avec Hitler. Alors qu'on célèbre le 100ème anniversaire de la révolution d'octobre. On peut lire dans Ouest France que c'est Lénine (mort en 1924 donc depuis sa tombe) et Staline qui ont aidé Hitler à accéder au pouvoir. Le révisionnisme en Histoire n’est pas toujours là où on le pense.
Au contraire, comme je l’ai écrit là https://blogdugeekvintage.blogspot.fr/2017/05/traitre-emmanuel-goldstein-allez-faire.html , les communistes allemands ont été les premières victimes de l’accession d’Hitler au pouvoir. Ils ont inauguré les camps de concentration et leur leader Ernst Thälmann  est mort à Buchenwald. Il a fallu ensuite tout le cynisme de Staline pour la signature du pacte germano-soviétique.
Si vous n’avez pas le temps de lire, vous pouvez vous reporter sur le film « Mille milliards de dollars » d’Henri Verneuil. Belle illustration des agissements du grand capital pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Il faut bien comprendre que le capitalisme prospère dans les régimes dictatoriaux. Un type de gouvernement autoritaire permet de « tenir » la foule donc apporte une stabilité aux affaires.

Un petit mot sur la Catalogne. Je ne m’aventurerai pas à donner mon avis dans la mesure où je ne pense pas avoir les éléments pour me faire une opinion. Ce qui m’intéresse est que l’Union Européenne a délivré le prix Sakharov à l’opposition vénézuélienne et qu’elle cautionne la politique de Madrid qui emprisonne des opposants politiques. D’un côté on a une opposition au pouvoir central qui a entamé une action pacifique qui a dégénéré à cause de l’intervention brutale des forces de l’ordre. De l’autre on a une opposition qui appelle à l’insurrection à travers les « guarimbas ». En plus cette opposition a perdu des élections régionales que les médias bien pensant affirment truqués. Ce sont les mêmes qui vous expliquent qu’un « référendum » bidonné sur Notre-Dame_des_Landes doit être respecté. L’opposition conteste les résultats comme à chaque fois qu’elle perd à l’exception du gouverneur de l’Etat de Lara qui valide le scrutin, le traître.
Conclusion un pays qui emprisonne et poursuit des hommes politiques qui n’ont fait qu’organiser un scrutin sans violence c’est une démocratie. En revanche un pays qui subit une opposition violente faisant de nombreuses victimes et qui remporte une élection est une dictature.

Dernier point
Le positionnement de la député Danièle Obono dans la France insoumise. Autant, j’avais trouvé sa position correcte sur le cas du chauffeur de la RATP et que ses propos avaient été déformés, autant sa camaraderie avec Houria Bouteldja me met mal à l’aise. L’intervention de Thomas Guénolé a le mérite d’être claire et documentée. Cette dame ne représente pas les valeurs que je défends. Il ne faudrait pas que, par le truchement de la député, le PIR devienne l’équivalent de Sens Commun chez LR. Jean-Luc Mélenchon a souvent affirmé qu’il fallait en finir avec les tambouilles électorales. Il ne faudrait pas penser que la récupération du « vote des quartiers » nécessite de s’assoir sur des valeurs de fraternité et tolérance. D’autres ont déjà mis le doigt dans le pot à confiture comme Lagarde à Bondy et dans les environs. Je ne pourrais pas voter pour un mouvement qui, officiellement car on parle d’une représentante de la République, tolère une parole, même par la bande, qui ne respecte pas mes valeurs.


Editos dans Ouest France
https://www.ouest-france.fr/reflexion/point-de-vue/revolution-russe-de-1917-l-emergence-d-un-revanchisme-bolchevique-5361379
https://www.ouest-france.fr/reflexion/point-de-vue/quel-heritage-de-la-revolution-russe-de-1917-5361375
Mille milliards de dollars https://fr.wikipedia.org/wiki/Mille_milliards_de_dollars
Prix Sakaharov http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/10/26/le-parlement-europeen-decerne-son-prix-sakharov-2017-a-l-opposition-venezuelienne_5206310_3222.html
Point de vue élection régionale Vénezuela http://lvsl.fr/elections-regionales-venezuela-discretion-presse-francaise
Edito sur France culture https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique/le-billet-politique-mardi-7-novembre-2017
Intervention de Thomas Guénolé https://www.dailymotion.com/video/x3yoxoi
Bondy et Lagarde https://www.marianne.net/politique/comment-la-droite-confie-bobigny-des-petits-caids-0

mardi 10 octobre 2017




Ils sont tous nuls 


François Ruffin a interpellé Lemaire sur la médiocrité des élites économiques (mais on pourrait parler aussi des politiques) https://www.facebook.com/FrancoisRuffin80/videos/805792506268955/  . A cette occasion, il a donné quelques exemples de l’incurie de dirigeants étant la crème de la nation.

J’avais repris des informations de Marianne dans un de mes blogs où il y avait le parallèle entre ce que des « grands » dirigeants faisaient et ce qu’ils avaient touché : https://blogdugeekvintage.blogspot.fr/2015/09/comment-repondre-la-derniere-sortie-de.html

A contrario, le PDG d’Apple est venu visiter une petite entreprise normande qui a permis à la firme à la pomme de mettre au point son logiciel de reconnaissance faciale. C’est relaté dans Ouest France https://www.ouest-france.fr/high-tech/apple/exclusif-tim-cook-pdg-d-apple-en-visite-surprise-pres-de-caen-5300728 . On constate qu’une petite entreprise est capable d’avoir un leadership mondial et je suis prêt à parier sans soutien des pouvoirs publics.



La France a la chance d’avoir des inventeurs de génie. Malheureusement, leurs idées ne sont pas mis en oeuvre car les « élites », sorties des grandes écoles, ne croient pas en leurs inventions. Quand on sait qu’aujourd’hui on dépend à 100% de l’étranger dans le matériel informatique alors que c’est un Français qui avait conçu le 1er micro ordinateur. Quand on se rappelle la difficulté de Moreno pour développer sa carte à puce. Le dernier exemple est les fameuses batteries qui sont produites en Chine grâce à l’invention d’un Français qui n’a rencontré que scepticisme chez nos grands capitaines d’industrie https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-07-octobre-2017

Le problème de base est le système éducatif et la mentalité française. Il suffit d’avoir un diplôme d’ingénieur pour se croire supérieur. J’ai eu un patron comme cela qui m’a regardé avec condescendance pendant notre collaboration. Entre temps, j’avais réécrit la quasi totalité de ses programmes et même redressé un projet où il n’avait pas compris les besoins du client. Et je n’était devenu programmeur que 6 mois auparavant. De même, une personne ayant travaillé dans le transport urbain ne voulait travailler qu’avec des gadzarts. Un de ses sous traitants avait envoyé les deux qu’il avait dans sa boite pour conclure la collaboration. Pas sûr qu’il ait payé le meilleur prix.

Vous aurez noté que le PDG est habillé en jean et chemise. Cela a tellement « choqué » le journaliste qu’il a décrit l’ensemble de son habillement. Et en France, ne pas être en costard cravate c’est être incompétent. Un membre du Club Affaire dont je fais partie m’avait dit un jour que j’aurais plus de clients si j’étais en costard cravate. Etre « mal » habillé a du sans doute me retirer des compétences.

Jean Rochefort vient de mourir et avait joué dans « Ridicule ». On y est toujours et ce sont tous ces nuls qui méprisent ceux qui ne sont rien.